Autour du travail

Des hommes cadres témoignent de leur sensibilité aux questions d’égalité et de conciliation

Jeudi dernier, j’ai assisté à une conférence intéressante organisée par l’ORSE (Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises) au cours de laquelle Brigitte Grésy, inspectrice générale des affaires sociales, très impliquée dans l’égalité professionnelle, et Sylviane Giampino, psychanalyste, ont présenté un rapport intitulé « Le poids des normes dites masculines sur la vie professionnelle et personnelle d’hommes du monde de l’entreprise« .

Les deux expertes, complémentaires, ont mené des entretiens qualitatifs en face à face avec une vingtaine d’hommes, dirigeants et cadres de grandes entreprises. Elles ont bien souligné qu’il ne s’agissait nullement d’un échantillon représentatif puisqu’il s’agissait tous d’hommes qui se sentaient concernés par les thématiques de l’égalité professionnelle et de la conciliation vie privée / vie pro mais davantage d’éclaireurs (« un échantillon biaisé mais éclairé et éclairant »). L’enjeu était de mieux comprendre le rapport des hommes au travail mais aussi le rapport des hommes à l’équilibre du couple et avec les enfants. J’en profite pour vous rappeler qu’En aparté est allé à plusieurs reprises interviewer des hommes sur ces sujets (EmmanuelXavierFrédéricFabriceJean-FrançoisNicolas et Yoni). Oui, je sais, En aparté est un peu précurseur 🙂

Les deux femmes ont présenté les principales conclusions de leur rapport  :

– Les hommes interrogés ont mis en doute ces normes dites masculines (« être un gagnant », « ne jamais montrer une faille dans l’armure », « faire partie du clan ») pourtant souvent en vigueur dans les entreprises, dont ils se démarquent, au prix de reconfigurations parfois subtiles.

– Il y a incontestablement du brouillage sur la ligne des hommes et des ambivalences. Emerge ainsi un sentiment de double dépossession :

– dépossession d’un univers dont ils étaient les maîtres, le monde du travail, car l’entreprise ne rend pas toujours les promesses escomptées et les femmes, partenaires admirées, deviennent aussi des concurrentes enviées à une époque d’actions positives et de politique de quotas en leur faveur

– et dépossession d’un univers, la famille, dans lequel leur ancien statut de pourvoyeur de revenus et de chef de famille doit évoluer vers une nouvelle place à reconfigurer.

Mais selon elles, les hommes, les plus jeunes essentiellement, sont en train d’expérimenter de nouveaux réglages dans le travail et la famille. Le désir de concilier vie pro et familiale commence à s’exprimer et il devient difficile pour les hommes d’avancer en clivant les deux sphères. L’une des butées de la parité hommes/femmes dans le travail porte toujours sur l’inégalité pères/mères dans la famille.

Ce que j’ai retenu de la lecture détaillée du rapport :

– les hommes interrogés se sentent parfois tiraillés :  d’un côté, ils s’investissement fortement dans la sphère professionnelle et l’ambition professionnelle demeure souvent une priorité pour eux mais d’un autre côté, ils disent aussi que ces normes peuvent constituer un carcan dont ils aimeraient parfois un peu s’affranchir. « Les hommes ferraillent avec des résistances internes liées à leur propre ambiguïté, mais aussi à des freins externes liés à l’ambiguïté des organisations et de la société ».

– il existe des tensions et des contradictions entre leurs discours et la réalité, entre leurs aspirations et leurs comportements, entre « la jouissance du faire et le poids du renoncement » (bref, il n’y a pas que les femmes à être ambivalentes ;-).

– les deux expertes développent ce qu’elles appellent chez les hommes l’évitement du choix : « la focale sur le travail est tellement profonde qu’elle est comme une force inconsciente entraînant les autres à s’ajuster avec plus ou moins de difficultés » ou encore « La dynamique personnelle de ces hommes d’entreprise esquive le mécanisme de la prise de conscience du choix pour en réduire le coût psychologique » (par exemple en cas de mobilités géographiques).

– concernant leurs enfants, les hommes expriment un besoin de s’en occuper mais leur investissement est ambivalent du fait de résistances sociales et du maintien d’une division hommes/femmes dans les préoccupations mentales. Ce qui semble soucier le plus les hommes interrogés est lié à la scolarité de leurs enfants davantage que la peur du manque, la carence affective, la peur que les enfants se sentent seuls ou livrés à eux-mêmes. Les cadres dirigeants interrogés semblent plus attachés à la transmission des valeurs qu’à la présence active.

– certains hommes expriment également le souhait que leurs femmes leur laissent un peu plus de place dans la sphère familiale, notamment en cas de séparation.

– les mises en tension psychologiques portent prioritairement pour les hommes sur le travail, pour les femmes sur les enfants. Les hommes se demandant « comment je vais faire pour mon travail », et les femmes « comment je vais faire pour les enfants ».

– parmi les cadres les plus jeunes, il semblerait que les équilibrages entre impératifs professionnels des hommes et ceux des femmes fassent davantage l’objet d’une négociation au sein du couple. Certains regrettent que les entreprises dénient encore trop souvent la profession de leur conjointe et des réalités familiales.

Pour rappel, c’est l’ORSE qui avait publié un guide intéressant sur les Patrons Papas (j’avais écrit un article pour maviepro à son sujet) ainsi que différents rapports dont « Impliquer les hommes dans les politiques d’égalité dans les entreprises » ou encore « Guide parentalité : promouvoir la parentalité auprès des salariés masculins« .

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 thoughts on “Des hommes cadres témoignent de leur sensibilité aux questions d’égalité et de conciliation”

  1. La question des hommes « comment je vais faire pour mon travail » et celle des femmes « comment je vais faire pour mes enfants » me semble bien résumer les tiraillements respectifs 🙂 Sans pour autant conclure que la conciliation vie privée/vie pro soient plus facile pour les uns ou les autres…Merci pour cet article !

      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *