mentalo
Diaporama Portraits de femmes Que deviennent-elles (ils) ? Témoignages vie privée / vie pro

Parcours au fil du temps : Mentalo

Mentalo

En 2014, Mentalo avait témoigné sur En Aparté autour de la conciliation vie perso / vie pro. Mariée, mère de 4 enfants (de 17 mois à 12 ans), Mentalo travaillait dans la finance pour une entreprise allemande au Luxembourg (à 80% depuis la naissance de son dernier enfant). Un an après, en 2015, pas de grand changement à noter. Plus de six ans après, Mentalo revient donner de ses nouvelles. Merci à elle !

« Depuis mon dernier témoignage, j’ai complètement changé de métier. La banque de gestion de fortune pour laquelle je travaillais a réorganisé ses succursales à l’étranger, et le siège luxembourgeois a été durement touché. J’ai décidé de considérer cet événement comme une opportunité pour choisir une voie qui correspondrait plus à mes valeurs. Considérant mon ancienneté, j’ai eu la chance de profiter d’un an de préavis, dont 6 mois que je n’ai pas accomplis, en 2020. Durant l’été, j’ai donné des cours d’anglais de niveau collège dans une école internationale, histoire de me tester. Sans surprise, cela s’est bien passé, mais ce n’était toujours pas ça que j’attendais.

Début décembre, j’ai répondu à une offre dans un domaine qui m’est totalement étranger, mais pour un poste qui répondait parfaitement à mes compétences. L’entretien a duré près de trois heures, et a été une vraie discussion sur les valeurs respectives de l’entreprise et de moi-même. J’ai commencé début janvier, et je suis fière de travailler dans une entreprise qui met l’humain, l’égalité, l’écologie et le respect de chacun au cœur de son modèle.

Au niveau personnel, j’ai divorcé en 2017. Les enfants sont en garde alternée, une semaine sur deux. L’autre semaine, je vis seule. Depuis janvier, je travaille à plein temps à nouveau… le temps personnel est plus morcelé, différent, le temps familial est plus intense. Les enfants ont grandi, ils ont désormais de 20, 17, 13 et 9 ans, et sont très autonomes.

Tout a tellement changé que je ne peux pas vraiment comparer. Tout ce que je sais, c’est que mon travail a du sens, contribue à améliorer le cadre de vie des gens, et qu’il m’épanouit, ce qui compense la fatigue des 40 heures hebdomadaires et des 2h30 de trajets quotidiens, et c’est bien là le principal.

Avec le recul, j’aurais tenté de négocier le temps partiel beaucoup plus tôt (pour rappel, je l’ai obtenu après la naissance de mon 4eme enfant) – ceci dit, on se met toujours dans une position de dépendance financière du conjoint qui ne devrait pas exister. Je n’ai rien vu passer de toutes ces années, j’en ai extrêmement peu de souvenirs. L’idéal aurait été de pouvoir continuer, mais choisir de vivre seule et les études des enfants ont un coût non compatible avec cet idéal.

Et si j’avais un conseil à donner aux mères : arrêter de culpabiliser ! On se met beaucoup de pression pour rien. Les enfants s’adaptent bien mieux que ce qu’on pense à toutes les situations. Et puis, de toutes façons, il viendra toujours un temps où ils nous en voudront, quoi qu’on ait fait pour eux, qu’on ait passé trop ou pas assez de temps avec eux 🙂

Depuis 2019, j’ai également repris la présidence de l’association de l’école de musique rurale que fréquentent mes enfants, ainsi qu’environ 400 autres élèves. C’est une autre expérience, bénévole, enrichissante, avec une équipe qui partage la même motivation et la même bonne humeur, attache la même importance au bien vivre ensemble.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des témoignages dans la rubrique Parcours au fil du temps.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *