Que deviennent-elles (ils) ?

Que deviennent-elles ? (2ème partie)

Après Valentine, Nicolas et Lucie, c’est au tour de Julie, Nadia et Maud de donner de leurs nouvelles (pour rappel, l’idée de ces billets est de demander aux personnes qui ont témoigné sur En aparté il y a 1 ou 2 ans ce qu’elles deviennent et la façon dont a évolué leur conciliation vie perso / vie pro).

Julie, 29 ans, souhaitait lancer son entreprise (février 2010).
Maud, 40 ans, 2 enfants, était chirurgien pédiatre (septembre 2009)

Nadia, 31 ans, 2 enfants, venait de créer son entreprise (avril 2009)

Voici de leurs nouvelles ! Un grand merci à elles pour avoir répondu à mes questions… Cela m’a fait très plaisir de lire leurs réponses.

 

■ Julie

Depuis votre témoignage sur En aparté, votre équilibre vie personnelle / vie professionnelle a-t-il été modifié ? En bien ou en moins bien ?

10 mois ont passé depuis notre dernière rencontre. C’est peu de temps et en même temps beaucoup. Chaque jour a été consacré à la création de mon entreprise, mon salon de beauté, qui ouvrira ses portes dans 15 jours. Il m’a fallu plus d’une année pour penser, réfléchir au concept et « relever les manches », pour affronter le monde réel (et parfois difficile) de l’entreprise. Le fait d’être seule dans cette création (cependant je n’oublie pas ma famille qui m’a largement soutenue) a été, à la fois positif et négatif. Positif dans le sens où je suis seule à décider, à agir. Et négatif par la surchage de travail que la création d’entreprise engendre.
Cependant si je devais changer et revenir en arrière, je ne changerais absolument rien… Vivre une aventure comme celle-ci est exceptionnelle, un beau partage d’émotions et de rebondissements.

Votre situation personnelle et professionnelle a-t-elle évolué ?

Dans 15 jours c’est l’inauguration de mon institut… La fin d’une première étape et le début d’une autre belle aventure. La naissance de mon projet me laissera encore moins de temps libre pour ma vie personnelle, en revanche je n’oublie pas cet équilibre vie privée-vie
professionnelle, indispensable pour mon bien-être, et trop longtemps mis en sommeil dans mon précédent poste de cadre manager.

Une raison de plus pour continuer mes activités hebdomadaires le soir après le travail (en général 20h-23h) : 2h de tennis pour le challenge, le jeu, la rapidité et le dynamisme + 3h de théatre/ semaine pour l’échange, la communication, l’évaluation de ses performances et la confiance en soi.

2 activités en parfaite adéquation avec ma vie professionnelle et qui me permettent aujourd’hui de rencontrer d’autres personnes, de ne pas rester isoler… Bien souvent le point noir des chefs d’entrepises indépendants.

Et dans 1 ou 2 ans, comment vous voyez-vous ? quel équilibre aimeriez-vous bien atteindre ?

J’aspire à un équilibre entre la passion de mon métier et ma vie de femme. A l’aube du passage à la trentaine j’ai envie de construire une famille. Un mari et une ribambelle de joyeux bambins… Schéma idéaliste ou non, il est pour moi indispensable de vivre pleinement mes rêves… Celle d’une chef d’entreprise, d’une femme et d’une maman active et passionnée. J’aime cette phrase mythique de Bob Kennedy: «Certains voient la réalité et disent pourquoi… moi je rêve de l’impossible et dis pourquoi pas ! » . Imaginer, créer ses
envies… Ne pas suivre les tendances. Vouloir faire de ses rêves une réalité.

 

■ Maud

Depuis votre témoignage sur En aparté, votre situation personnelle et professionnelle a-t-elle évolué ?

Mon interview date d’il y a un an. Je me préparai à quitter un mi-temps à Aulnay-sous-bois où j’étais salariée pour débuter une installation un jour 1/2 par semaine dans le privé (à Antony). La découverte du libéral a été intéressante et motivante. Forcément stressante aussi : les revenus ne sont pas assurés, mais j’avais la chance de débuter progressivement avec un temps partiel maintenu à l’hôpital Trousseau. Dans l’ensemble, je suis très contente de cette installation: la relation avec les patients (ou les parents) est plus personnelle, j’ai moins de « compte à rendre », je suis plus libre de la gestion de mon temps (je peux fermer une consultation : je ne suis pas payée mais j’ai ma demi journée…), même si certaines périodes ont été difficiles (absence non programmée de la secrétaire au mois d’août… et autre problèmes de gestion de personnel). Mais je souhaite garder un temps partiel à l’APHP pour continuer à travailler en équipe, pouvoir discuter des dossiers compliqués et garder une activité hyperspécialisée qui ne se fait pas en libéral.

Votre équilibre vie personnelle / vie professionnelle a-t-il été modifié ? En bien ou en moins bien ? 

Un grand progrès depuis ce changement : je passe moins de temps dans les transports !! J’ai donc plus de temps pour mon travail ou ma famille. Je peux aussi faire une partie de mon travail à domicile (courriers…) ce qui me permet de mieux m’organiser. Pendant les 6 premiers mois, j’avais une 1/2 journée de libre par semaine, ce qui me permettait d’emmener mon fils à l’école, puis de faire les courses, les comptes, la paperasse, les rendez-vous chez le banquier… Depuis, j’ai repris une vacation supplémentaire à l’hôpital, j’ai perdu ma demi-journée, mais j’arrive à emmener mon fils à l’école environ une fois par semaine et à le rechercher de temps en temps.

Et dans 1 an ou 2, comment vous voyez-vous ? quel équilibre aimeriez-vous bien atteindre ?

Je souhaite diminuer mon temps à l’hôpital pour augmenter un peu le libéral et récupérer cette 1/2 journée libre, soupape de sécurité pour faire tout ce que je n’arrive pas à faire autrement.

 

 

■ Nadia

Depuis votre interview/témoignage sur En aparté, votre situation personnelle et professionnelle a-t-elle évolué ?
Oui, ma situation personnelle a évolué car maintenant mes deux enfants sont scolarisés à temps plein et j’ai une solution de garderie après l’école qui me permet de travailler jusque 17h30 et d’avoir de vraies journées de travail. Je garde tout de même le mercredi pour les activités des enfants.
Coté pro, j’ai pris un bureau non loin de mon domicile et de l’école, proche du centre ville de Rouen, dans lequel je travaille et je stocke la marchandise. Certains clients n’hésitent pas à venir me rencontrer, car j’ai aménagé un show-room.
Je développe aussi une activité de décoration événementielle depuis cette année (mariage, baptême et seminaires pro). Cette année, j’ai aussi lancé la nouvelle version du site plus moderne et avec plus de produits. Je me suis fixée des objectifs en début d’année et je devrais les atteindre en cette fin d’année 2010.

Votre équilibre vie personnelle / vie professionnelle a-t-il été modifié ? en bien ou en moins bien ?

Le fait de ne plus travailler à domicile me soulage car j’arrive à mieux séparer ma vie pro de ma vie perso donc cela a été une bonne décision de travailler à l’extérieur !
Cette année, mon mari est muté à Paris pour 1 an donc c’est une année où je dois gérer seule le développement de l’entreprise et les enfants, c’est parfois un peu difficile mais cela est temporaire.

Et dans 1 ou 2 ans, comment vous voyez-vous ? Quel équilibre aimeriez-vous bien atteindre ?
Je pense que je commence à trouver le bon équilibre entre ma vie pro et perso.
Dans 1 ou 2 ans, j’espère que le site instemporel sera toujours apprécié et en progression.
J’espère que j’aurai la possibilité d’embaucher une personne pour déléguer une partie de l’activité et j’espère aussi que mon activité de décoration évènementielle se sera bien développée.
Au niveau perso, les enfants vont grandir et les garçons seront de plus en plus indépendants donc cela devrait être un peu plus simple dans la gestion quotidienne.

Si vous souhaitez ajouter quelque chose…

Cela fait deux ans que j’ai lancé l’entreprise et en 2 ans j’ai fait de nombreuses rencontres professionnelles et personnelles : d’autres créatrices d’entreprise aux parcours différents qui sont devenues des amies et avec lesquelles nous échangeons beaucoup
quotidiennement, cela m’aide à ne pas rester seule face à des interrogations ou à des doutes. Je suis fière de mon parcours et j’espère avancer toujours avec la même envie.

Questions subsidiaires (pass’que je suis décidément très curieuse…et que je pensais aussi que ces questions pouvaient être intéressantes pour tout le monde !)

Par curiosité, est-ce que vous parvenez à vous verser un salaire ou pas encore ?
A partir de janvier 2011, je me verserai un salaire régulier. Pour le moment j’ai surtout réinvesti dans le stock et la nouvelle version du site.

Peut-on parler de décollage au bout de x mois, x années selon vous ? Ou est-ce plutôt une progression régulière ?

L’activité a bien décollé 6 mois après l’ouverture du site. Généralement c’est entre 6 et 12 mois pour un site internet, je suis donc dans la moyenne. La progression est régulière et les objectifs de l’année 2009 et 2010 sont atteints.

Et pour finir, peut-être quelques conseils à donner lorsque justement l’activité
grossit….

Alors oui c’est le souci que j’ai eu, l’activité a grossi rapidement, j’ai du donc rechercher un local rapidement pour mon organisation et gestion des stocks… Ne pas hésiter à déléguer au conjoint pour ne pas se sentir noyée dans la multitude de choses à faire : cela me permet de mieux gérer les priorités.

Très bonne continuation à toutes les trois !

 


Prochain billet « Que sont-elles devenues ? » avec Amélie, créatrice de la marque BonjourBonsoir, Sandrine, 35 ans, 3 enfants, en pleine réflexion professionnelle et Sylviane, intervenante en risques psycho-sociaux.

J’attends avec impatience les réponses des autres

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 thoughts on “Que deviennent-elles ? (2ème partie)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *