Témoignages vie privée / vie pro

Sandrine, 35 ans, 3 enfants et en pleine réflexion !



Sandrine a gentiment accepté de témoigner sur son parcours et sur les interrogations actuelles qu’elle se pose concernant son
équilibre vie personnelle et vie professionnelle. Merci encore à elle pour sa franchise et pour sa confiance. Je lui souhaite bien évidemment tous les meilleurs épanouissements possibles !

Peux-tu revenir sur ton parcours professionnel ?
Sandrine : J’ai suivi des études en biologie à l’université mais comme les perspectives en recherche étaient déjà minces, après mon DEA, je me suis tournée vers le milieu privé et les métiers de la santé. J’ai intégré une entreprise dans le domaine du diagnostic médical pour laquelle j’ai travaillé 10 ans. Pendant 5 ans, j’ai occupé un poste d’ingénieur application (suivi du bon fonctionnement des analyseurs dans les laboratoires) et les 5 années suivantes, j’ai travaillé au service marketing comme chef de produits.
Au cours de cette période, j’ai eu 3 enfants. A la suite de mon dernier congé maternité, j’ai opté pour un congé parental d’une année. Mon mari venait de changer d’entreprise et avait besoin de s’investir. Dans mon entreprise, nous étions en pleine fusion, ce qui demandait également pas mal d’investissement. J’ai trouvé que c’était le bon moment de faire une pause et de bien manager ma
petite famille. Mais la pause s’est transformée en arrêt puisque j’ai été licenciée durant cette période ! Depuis septembre dernier, je suis en pleine réflexion concernant mes choix professionnels et personnels. Durant mon congé, je me suis posée plein de questions sur ce que je voulais faire, sur le sens que je voulais donner au travail et ainsi à ma vie. Parallèlement, j’ai effectué un bilan de compétences. Lorsque l’on est le nez dans le guidon, c’est beaucoup plus difficile. On est soumis à une certaine dose de stress, on vit à fond sans vraiment prendre de recul.

Qu’est-ce qui est ressorti de tes réflexions ?
Que mon premier critère pour sélectionner un poste était qu’il me permette de concilier vie personnelle et vie professionnelle.
Qu’il fallait que mon travail ait un sens.
Que je subisse un stress modéré et positif, qui me permette d’avancer, d’aboutir à des résultats concrets et rapides.
Que je fasse un métier plus créatif et avec plus d’autonomie. Et de préférence dans une entreprise de taille moyenne car dans les grands groupes internationaux, il y a de fortes contraintes de chiffres et de réussites, dictées par des actionnaires.
Que mes 3 garçons (8, 6 et 2 ans) s’épanouissent.

Quelle orientation a priori vas-tu prendre professionnellement parlant ?
Je suis en plein carrefour ! J’hésite entre le professorat et reprendre un poste dans le privé. Le professorat me tente beaucoup. Je me suis renseignée pour devenir contractuelle en collège ou lycée. Cela serait plus confortable et plus cohérent avec ce que je souhaite. En plus, au niveau de l’épanouissement personnel, je pense que cela peut vraiment me convenir. Pour moi, cela a un vrai sens de travailler pour des êtres humains, d’accompagner des élèves, de leur transmettre des connaissances. Cette option a donc un côté très attirant.
Mais par ailleurs, il se trouve que j’ai été contactée par une entreprise du même secteur d’activité que celui pour lequel j’ai déjà travaillé 10 ans. Je suis en train de passer des entretiens. A priori, cela correspond moins à mes critères mais je suis repris par mes vieux démons ! Cela entraînerait aussi un certain confort puisque je bénéficie d’une bonne connaissance des produits et du marché et cela me permettrait de continuer sur mes acquis. Mais si je choisis cette option, cela impliquera des journées de 12h (avec les temps de transport), la nécessité de prendre une nounou à domicile (et donc des frais de garde très élevés). Mais je ne choisirai pas cette voie à n’importe quel prix. Il faudra qu’elle m’offre une aisance financière qui m’apportera un certain confort matériel (de  sorte que le WE je puisse me consacrer entièrement à ma vie de famille et pas aux tâches ménagères) et une sécurité pour l’avenir de mes enfants. Si je choisis cette option, je suis consciente que cela impliquerait également de mettre ma vie personnelle de côté. Il faudrait alors que mon épanouissement personnel passe par mon épanouissement professionnel. Mais pour l’instant, c’est aussi à eux de me choisir.

Qu’as-tu retenu de ton congé parental ?
Pendant mon congé parental, j’ai pu passer du temps avec mes enfants et être à leur écoute. J’ai savouré ces moments. Lorsque je travaillais, j’avais tendance à les bousculer, le matin et le soir !
Mais dès le départ, j’avais choisi un congé parental d’un an car trois ans me paraissaient trop long. Je l’avais toujours envisagé comme une pause et non pas un arrêt.
Plus globalement, je suis persuadée que la présence des parents auprès des enfants n’est pas anodine. Lorsque les enfants sont petits, la présence physique est importante et lorsqu’ils grandissent, c’est la présence morale et l’écoute qui le deviennent. Durant cette année, j’ai appris à mieux cerner le caractère de chacun de mes enfants et leur façon de fonctionner. Lorsque l’on est pris dans une vie professionnelle, on est forcément moins attentif.

As-tu eu le sentiment que d’être une femme ait été un handicap dans ta carrière ?
Oui, il m’est arrivé de ressentir l’étiquette « mère de famille ». J’ai également subi les petites remarques d’un supérieur à un moment où j’étais passée à 80% et je n’ai pas échappé à la petite phrase « tiens tu prends ta demi-journée » lorsque je partais à 17h. Pourtant j’ai fait profil bas par rapport à mes enfants, j’ai toujours essayé de m’arranger pour que cela pénalise le moins possible mon travail, de faire comme les hommes qui m’entouraient et d’avoir une vie professionnelle classique mais on est souvent rattrapé !

Une petite phrase de conclusion ?
Comme me le disait une amie : » à 20 ans, on ne sait pas ce que l’on veut faire, à 30 ans, on sait ce que l’on ne veut pas faire et à 40 ans, on sait ce que l’on veut faire ». A 35 ans, je sais à la fois ce que je ne veux pas faire et ce que je veux faire. Les opportunités aident aussi parfois à faire les bons choix.

Vous pouvez retrouver Sandrine sur son blog ! Et admirer les images qu’elle a choisies pour illustrer ses hésitations 🙂

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

8 thoughts on “Sandrine, 35 ans, 3 enfants et en pleine réflexion !”

  1. Bonsoir,

    Sandrine, bonne chance pour vos décisions. Cet interview était très intéressant à lire, merci.
    L’avant dernière question qui m’a interpellée. Il m’est de plus en plus difficile de lire que la discrimination homme/femme existe et n’est pas prête de finir en France en 2009. Je trouve que nous ne devrions plus en être à ce stade. Ce problème n’existe plus depuis de nombreuses années maintenant dans beaucoup de pays européens… pourquoi est ce qu’en France on en est encore là ? je ne comprends vraiment pas…. De plus tous ces discours que l’on entend en ce moment dans les médias ne font que relater l’existence de cet état d’esprit. Ce que j’aimerais voir c’est des énormes « campagnes publicitaires » dans tous les médias possibles et imaginables pour faire s’encrer dans les esprits et les traditions (et ça c’est plus dur parce que les traditions n’ont pas de cerveau ni de cœur mais un moteur démuni d’émotion…l’histoire et la société) qu’une femme vaut un homme et un homme vaut une femme….Aller …. Poussons le bouchon plus loin, il faudrait que s’encre aussi le fait que le blanc ne prime pas sur le noir et que le vert ne prime pas sur le bleu et le tout, vice et versa….
    Et comme on dit, tant qu’il y a de la vie, y’a de l’espoir…mais il faut vraiment que ça change !!!
    A bientôt, D.

      

  2. J’avais bien vu sur son blog que « ça chauffait du ciboulot »….Là avec les tenants et les aboutissants je comprends mieux pourquoi! Bon courage Sandrine, quoi que tu choisisses!

      

  3. Merci à vous deux pour vos petits témoignages à Sandrine. J’espère qu’elle nous tiendra au courant de sa décision ! En tout cas, ses interrogations sont loin d’être isolées…

      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *