Interviews d'expert(e)s

Franc jeu avec…Chine Lanzmann, coach en leadership féminin

Voici le premier billet d’une nouvelle rubrique intitulée « Franc Jeu ». L’idée est d’interviewer des « expert(e)s » d’horizons variés sur les sujets traités dans ce blog (conciliation vie privée / vie professionnelle, valeurs du travail, etc.) et qui répondent en toute franchise, sans langue de bois. Pour inaugurer cette nouvelle série de rendez-vous, j’ai sollicité Chine Lanzmann, 42 ans, coach en leadership féminin et auteur, mariée et mère de 2 enfants. 


On parle beaucoup de conciliation vie privée et vie professionnelle, qu’est-ce que cela vous inspire à titre personnel ? Etes-vous satisfaite de votre propre équilibre ?

Chine Lanzmann : J’en suis satisfaite pour le moment. C’est un challenge de trouver un équilibre, aussi bien pour les femmes que pour les hommes d’ailleurs. Je suis arrivée à cet équilibre en apprenant à dire non, surtout aux gens qui demandent du temps, ce qui n’est pas facile pour moi ! et en prenant le temps de « designer » mon temps, c’est-à-dire en réfléchissant à la façon dont j’ai envie de vivre, d’organiser mes semaines, mes mois, mon année, sachant que tout cela évolue au fil du temps. Par exemple, en hiver, je prends moins de formations et des séances de coaching plus courtes, alors qu’au printemps, pleine d’énergie, je me planifie un programme de travail plus important.

Pensez-vous que l’on puisse correctement concilier les deux ? Ou que les concessions sont inévitables ?

C. L. : Je n’aime pas trop le terme de conciliation, car cela laisse entendre des compromis, des concessions, et donc potentiellement des frustrations et des insatisfactions. Je préfère parler d’équilibre, sachant qu’il n’est jamais figé. Il va changer, selon nos envies, l’âge des enfants par exemple, etc.
Je pense que les concessions sont évitables. Je préfère plutôt parler de faire des choix et de prendre des décisions. L’important est de choisir ses choix et d’être claire avec ses décisions, sachant qu’un choix n’est pas définitif, il peut durer trois mois, trois ans, etc. Il est important de prendre le temps de choisir ce qui nous convient.

Un meilleur partage des tâches domestiques et familiales est-il le préalable à une meilleure égalité professionnelle ?

C.L. : Absolument, c’est un préalable indispensable à une meilleure parité professionnelle. Si les hommes (ou une aide extérieure) prennent plus en charge les tâches domestiques et familiales, si le temps auprès des enfants est plus équitable (pas forcément sur une semaine mais sur plusieurs années par exemple), cela aidera indéniablement la femme à s’épanouir professionnellement. Aux femmes de demander aux hommes leur aide et de leur dire qu’un meilleur partage n’est pas négociable ! D’autre part, les femmes ont parfois du mal à déléguer et critiquent la façon dont les hommes font les choses (donner le bain, remplir le lave-vaiselle). Sur ce point, elles doivent également faire des efforts et lâcher du lest !

Deux autres points me semblent importants pour parvenir à une meilleure équité professionnelle. Le premier est le poids de l’inconscient. Les choses commencent à évoluer mais cela prendra du temps, encore quelques années, voire des décennies. La place de la femme est encore trop souvent associée à celle la maison, et pas encore suffisamment au business, à l’entrepreneuriat, etc. Mais les femmes peuvent aussi s’éclater dans leur travail, aimer négocier, gagner de l’argent ! D’autre part, au niveau individuel, il faut que les femmes s’autorisent à réussir, à prendre du plaisir et que les hommes au pouvoir soient d’accord pour le partager…

Que pensez-vous de l’affirmation selon laquelle la qualité du temps passé avec les enfants est plus importante que la quantité ?

C.L. : C’est une question vraiment difficile. Etre parent est très dur, donner des conseils également…A chaque parent de faire comme il peut. Mais je pense qu’une mère heureuse fait des enfants heureux. La femme doit faire comme elle en a envie, faire ce qui est important pour elle et surtout ne pas culpabiliser.

Parmi les femmes que vous accompagnez, comment intégrez-vous cette question de l’équilibre vie privée / vie professionnelle ?

C.L. : Elles viennent pour du coaching professionnel mais cette question de l’équilibre vie privée / vie professionnelle arrive souvent. Je les aide à trouver les bons choix pour elles, à se donner les moyens de travailler si c’est cela qu’elles souhaitent, à ne pas culpabiliser et à être en cohérence avec leurs choix. Or beaucoup d’entre elles sont entre deux. Par exemple, une femme qui se lance dans la création d’entreprise de chez elle mais qui passe son temps à s’occuper des tâches ménagères ou de ses enfants ne se donne pas tous les moyens de réussir.

Comment percevez-vous les notion d’ambition et de réussite professionnelle chez les femmes ?

C.L. : Elle pourrait être plus développée ! Les femmes ont souvent tendance à la dévalorisation. Elles parlent de leurs « petits » boulots, de leurs « petits » clients, de leur « petite » société, de leurs « petites » missions alors qu’un homme parlera de ses clients, de sa société, … sans accoler le qualificatif « petit » ! Quand elles veulent entreprendre, les femmes ont souvent peur de paraître peu modeste, prétentieuse. Les hommes, pas du tout ! Les femmes ont tendance à s’auto-bloquer et ont du mal à afficher leurs ambitions.

Quant à la réussite, les femmes ont également plus de difficultés à s’autoriser à réussir. D’où l’importance des réseaux et des formations destinées aux femmes où elles osent plus. Pour les femmes, la réussite peut recouvrir des éléments divers : gagner un salaire confortable, avoir un métier qu’elles aiment, atteindre un équilibre vie privée/vie professionnelle. Pour d’autres, réussir peut se traduire par décider, avoir de l’impact, manager, fédérer, influencer, développer, créer.

Et pour conclure, quelle serait selon vous, la bonne résolution en 2009 à prendre pour mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

C.L. : Je conseille à chacun(e) l’exercice du rendez-vous avec soi-même. Une fois par semaine, je vais dans un café toute seule, pendant une heure, avec un cahier, où je note mes envies pour la semaine prochaine. Cela m’aide à prendre du temps pour moi, à noter les changements et à exprimer ce dont j’ai envie. Alors qu’il est très dur de changer la routine, ce rendez-vous avec soi-même permet de faire un point régulier et de s’autoriser à évoluer. 

Pour en savoir plus sur le métier de Chine, voici un article sur la formation de 2 jours au leadership féminin qu’elle propose (source : pourseformer.fr)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

13 thoughts on “Franc jeu avec…Chine Lanzmann, coach en leadership féminin

  1. Merci Genaro pour ton petit commentaire !
    Je ne savais pas que Chine Lanzmann faisait partie de ta famille 🙂 Le monde est vraiment petit parfois !
    Et en tant qu’homme, n’hésite surtout pas à donner ton avis sur les problématiques abordés dans ce blog !

      

  2. Gaëlle, merci pour avoir posé ces questions pertinentes et avoir si bien retranscris mes réponses. Bravo pour ton blog que je trouve dense et intéressant. Bonjour Genaro 🙂

      

  3. Hello Gaëlle,

    Pour rebondir sur l’article de Chine, ce qui me semble important au départ c’est d’être en mesure de répondre à la question « qu’est ce que je veux » ? « qu’est ce qui est important pour moi »… Cela rejoins les Valeurs, ce qui me donne envie de me lever le matin… Et, où est ce que j’ai envie de mettre mon énergie. Je vais même encore plus finement dans le découpage de mes différents domaines de VieS car dans le personnel, j’entends mon rôle de femme, de mère, d’épouse, de « maîtresse »…. Je prends aussi des rendez-vous avec moi-même et j’ai même plusieurs jolis cahiers avec des couleurs différentes, avec d’un côte le familial et le perso et de l’autre la Vie professionnelle…. Cela me permet aussi de programmer pour un temps déterminer des périodes de déséquilibre, qui sont alors un vrai choix !

    A très bientôt 🙂
    Christèle

      

  4. @Christèle : C’est vrai que la phase de définition de ses choix est cruciale. Mais pas la plus facile car même lorsque l’on pense définir ses choix, on n’est pas complètement à l’abri de « pressions » (culturelles, sociales…) plus ou moins conscientes d’ailleurs. Certes les choix peuvent évoluer mais c’est souvent plus facile à dire qu’à mettre en oeuvre car nous n’avons pas la maîtrise non plus de tous les éléments qui nous permettent de faire évoluer nos choix. Suis-je claire ?!

      

  5. J’entends Gaëlle ce que vous dites et le plus facile effectivement est de se laisser porter par les pressions ou « ce que l’on attend de nous ». Le plus difficile est de savoir répondre à la question « qu’est ce que je veux ? » et de rester en accord avec soi-même, d’apprendre à dire non au risque de ne plus être « aimer », d’évoluer, de changer et …..au fil du temps, la difficulté est de remettre en questions ses choix, de les faire évoluer, surtout lorsqu’ils embarquent avec nous d’autres personnes… C’est un chemin, l’histoire d’une vie ! 🙂

      

  6. Merci Chine !
    Et promis, la semaine prochaine, je prends le temps de ce rendez-vous avec moi-même dans un café 🙂 (la question est : j’emmène un petit post-it pour juste écrire l’envie du jour ou un énorme cahier pour noter toutes mes envies !!!!).

      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *