A l'école Diaporama Orientation

Orientation post-bac : mes débuts !

Cette année, nous allons plonger dans le grand bain de l’orientation post-bac avec notre aînée 🙂

L’an dernier, j’ai suivi grâce à des amis ou à des membres de ma famille qui avaient des enfants en terminale leurs aventures avec APB. Honnêtement, cela ne donnait pas très envie d’y arriver !

Il se trouve que le nouveau gouvernement a décidé de réformer le système d’admission post-bac. Exit APB ! (j’ai donc bien fait de ne pas m’y intéresser de trop près 😉 . Place à Parcoursup !

Concrètement, je vous invite à aller lire quelques articles qui indiquent en quoi consiste cette nouvelle plateforme d’orientation des lycées. Pour résumer, les lycéens pourront indiquer entre janvier et mars 2018 jusqu’à 10 choix (au lieu de 24) mais sans classement et sans qu’une réponse positive annule les autres choix. Pour information, 12 000 formations sont disponibles ! Et à partir de mai, les premières réponses tomberont. Attention, il existe toujours des filières hors Parcoursup (certaines écoles privées d’art, de commerce, les IEP, certaines licences sélectives…).

Mais surtout qui dit orientation, dit souvent stress, perplexité, doute, incertitude : que veut faire mon lycéen ? que peut-il faire ? et où le faire ?

Comme pour les devoirs, il y a différentes situations.

La situation « idéale » : votre enfant sait ce qu’il veut faire comme études et / ou comme métier. Alors, là, déjà c’est plus simple. Il veut faire une prépa ingénieur ou commerce ou lettres ? Il « suffit » alors de choisir dans quel établissement il souhaite la faire. Pour s’aider à choisir, il y a des classements de prépas, on se renseigne à gauche à droite auprès d’amis, de proches. On peut faire les journées portes ouvertes des établissements repérés. Ou alors il veut faire des études de médecine. Là aussi, cela simplifie les choses. Il veut faire une école de commerce à prépa intégrée, là aussi, cela réduit les questions à se poser. Il opte pour des études artistiques ou informatiques. Là, cela devient déjà un peu plus compliqué car les voies sont plus nombreuses (écoles publiques ou privées, cursus court ou long…) et dans l’informatique, il existe pas mal de nouvelles écoles sur lesquelles on n’a pas encore beaucoup de recul. Mais là encore, on peut trouver l’information en fouinant, en allant à des salons spécialisés en formations artistiques par exemple ou en discutant avec des personnes en activité dans ces filières. Il souhaite s’orienter vers l’artisanat, là encore, le parcours sera plus balisé. Il pourra par exemple se renseigner auprès des Compagnons du devoir.

La situation beaucoup plus compliquée  : votre enfant ne sait pas ce qu’il veut faire. Il n’a aucune idée précise ou change d’avis régulièrement. Alors là, forcément, cela devient vite angoissant ! Que faire ? On peut se faire aider par des conseillers d’orientation, soit dans le lycée où il est scolarisé, soit en faisant appel à un professionnel (cela a un coût mais il parait que s’il est bien choisi, cela peut constituer une aide précieuse). D’ailleurs, n’hésitez pas à témoigner dans les commentaires si vous en connaissez des bons. Bon, soyons clairs, les conseillers d’orientation dans les lycées sont souvent surchargés et pas toujours, bien formés. Mais parfois, ils le sont ! On peut aussi espérer que son lycée organise des forums où l’on présente aux lycéens différentes filières et métiers. Et puis, il y a les salons étudiants. Mais sans idée précise, cela risque fort de devenir une épreuve. Je pense, mais ce n’est que mon humble avis, qu’il vaut mieux déjà définir quelques pistes, avant d’aller à ce genre d’événement, si on ne veut pas avoir l’impression de se noyer. Et puis, il faut l’encourager à discuter avec les adultes qu’il peut côtoyer pour qu’ils lui parlent de leur métier, de leurs études. Cela peut leur permettre d’avoir des idées plus précises, voire des déclics. Et puis peut-être aussi d’éviter de faire certaines erreurs.

Quelques questions à se poser :

Où votre enfant est-il bon, à l’aise et curieux (je ne parle pas seulement des disciplines scolaires mais aussi de ses qualités, de ses traits de caractère, de ses activités extra-scolaires) ? Quelles matières a-t-il envie d’étudier (ou a contrario, celles qu’il ne souhaite plus étudier) ? Dans quelle type d’activité se voit-il plus tard ? (manuel, artistique, technique, autour des relations humaines, sédentaire ou nomade, …). Qu’est-ce qui le motive ? (construire, imaginer, échanger, transmettre, résoudre…). Quelles études lui conviendront le mieux ? Une école ? L’université ? Une filière courte (BTS, IUT…), plutôt pratique avec de l’alternance ou/et des stages ou une filière longue de type master ? Des études plutôt encadrées ou plutôt en autonomie ?

Quelques très humbles conseils (puisque je n’ai encore aucun recul) :

  • Proposer des pistes mais ne surtout pas imposer ses choix. Moi, je rêvais d’avoir un enfant médecin mais cela me parait mal parti, tant pis 😉
  • Si votre enfant est encore peu sûr de ses envies, opter pour un début d’études assez généraliste et assez cadré pour lui laisser le temps de mûrir.
  • Se renseigner sur les débouchés. On le sait, il y a des filières où les taux d’insertion sont excellents et d’autres, beaucoup moins. Par exemple, une fille qui fait des études d’ingénieur sera très recherchée (encore plus qu’un garçon !), un jeune qui fait des études dans l’informatique ou la cybersécurité aussi. De même, un artisan bien formé aura probablement de bonnes opportunités à l’issue de ses études. Les études menées en alternance ont généralement des taux d’insertion très bons. Les métiers en lien avec la santé sont porteurs. En revanche, certaines voies sont « bouchées » ou très demandées, donc il sera beaucoup plus difficile de trouver un travail et même des stages. C’est le cas de la psychologie, de la sociologie, des lettres-langues-art. De même, les taux d’insertion des BTS varient beaucoup en fonction de leur spécialité. Cela vaut le coup de se renseigner, je trouve. Il ne s’agit pas de lui fermer des portes mais juste d’être conscient que cela risque d’être plus compliqué et de l’importance de bien sélectionner l’endroit où il fera ses études.
  • Les tirer vers le haut, les encourager à donner le meilleur d’eux-mêmes, quelle que soit la voie qu’ils choisissent. Il existe des voies d’excellence dans tous les métiers, que la formation soit courte ou longue.

Quelques infos pratiques :

  • de nombreux organismes de formation / écoles et même quelques facs organisent des journées portes ouvertes. Profitons-en !
  • l’offre en salons dédiés aux étudiants a considérablement augmenté, beaucoup sont à Paris mais il y en a également dans différentes villes de province. Il y en a des généralistes et des spécialisés. Lors de ces salons, beaucoup de conférences sont organisées aussi, me semble-t-il.
  • outre les sites bien connus de l’Onisep, du CIDJ, de l’Etudiant ou encore de Studyrama plusieurs start up ou associations se sont récemment positionnés sur ce créneau de l’orientation. Je pense notamment à Bloomr (qui propose un programme de réflexion et des témoignages de métiers racontés par ceux qui le vivent – vous y trouverez notamment mon témoignage 😉 J’ai également entendu parler de Studywork qui propose aux jeunes d’être mis en relation avec des professionnels et des étudiants. Si quelqu’un en sait plus, je suis preneuse !

PS : il semblerait qu’après une longue période de flou absolu (qui honnêtement ne m’a pas inquiétée plus que cela car à 16-17 ans, ils sont quand même très jeunes), les choses se soient bien décantées pour notre aînée qui a désormais un projet professionnel assez précis. Son lycée a été très pro-actif en leur proposant plein de choses et je l’en remercie  : forum des métiers (organisé avec l’aide des parents), rendez-vous personnalisé avec une conseillère d’orientation, mise en place d’un parcours Projet d’Avenir avec des professionnels de l’orientation et une psychologue, discussions entre camarades sans oublier pas mal de conversations avec nous, des lectures et une série télévisée (si,si !)… Cela vous nous aider grandement au moment des inscriptions sur Parcoursup. En effet, il ne nous reste plus qu’à choisir la bonne licence (ou la double licence) et la fac. Et elle a commencé à prendre contact avec des personnes qui occupent le métier qu’elle vise pour leur poser plein de questions, recueillir leurs conseils et valider (ou infirmer) son projet professionnel (car c’est un domaine où nous n’y connaissons pas grand-chose).

Parents d’enfants déjà étudiants, n’hésitez pas à partager vos expériences et vos conseils car je suis encore une grande débutante sur ce sujet. Merci 🙂

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One thought on “Orientation post-bac : mes débuts !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *