En tête à tête

En tête à tête : Florence et sa fille, Élisa

Après une longue pause, En Aparté reprend du service ! Pour commencer, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne année 2016, en espérant qu’elle vous permettra d’atteindre un certain équilibre entre vos différentes vies (personnelle, familiale, professionnelle, amicale, sociale, associative, culturelle, spirituelle…).

Je suis heureuse de commencer cette nouvelle année avec la rubrique Parent / Enfant. Après Antonia et sa fille Alexia, Corinne et ses filles Blanche et Capucine, Florence et sa fille Élisa ont très gentiment répondu à mon double questionnaire Parent / Enfant. Un très grand merci à toutes les deux ! Je suis à chaque fois très touchée de lire les réponses…

Skype F6Florence

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
J’ai 48 ans, deux enfants (un fils de 21 ans et une fille de 18 ans), j’habite à la campagne, dans un petit village du Tarn et je suis actuellement, par ordre d’importance dans mon activité, écrivain, correctrice, et biographe.

Quelle image pensez-vous avoir transmis de la vie professionnelle / de votre métier ?
Étant donné que j’ai changé plusieurs fois de métier, je pense avoir transmis l’idée que la vie professionnelle est quelque chose de changeant, qui évolue tout au long de la vie. En tout cas, c’est ce dont je suis persuadée. Le monde change, nous aussi : il est normal que notre travail se transforme. Et puis, il ne faut pas avoir peur de changer parfois radicalement de secteur d’activité pour aller vers quelque chose que l’on aime, qui est important pour soi. Enfin, il ne faut jamais cesser de croire que ses rêves peuvent se réaliser !
J’ai d’abord été analyste-programmeur, à une époque où Windows n’existait pas encore. Ensuite, j’ai été administratrice pour des ONG lors de missions humanitaires. Enfin, après être passée par la case animatrice multimédia dans une cyber-base, je suis devenue biographe et correctrice. Tout cela sans perdre de vue mon amour de jeunesse qu’est l’écriture. Amour de jeunesse qui occupe une place de plus en plus grande dans mon activité et dans mes revenus : je suis de plus en plus écrivain.

Quelles valeurs avez-vous souhaité transmettre à votre fille ?
J’avoue ne m’être jamais posé la question en ces termes. Plus que ce que je pourrais (ou plutôt aurais pu, puisque maintenant le plus gros du travail est fait !) souhaiter transmettre, c’est ce en quoi je crois qui est important. En l’occurrence, je crois qu’il faut faire preuve de curiosité et d’audace pour entreprendre. Qu’il faut s’aimer, avoir confiance en soi et en les autres. Qu’il faut d’abord donner pour ensuite recevoir et que c’est la relation avec les autres, dans leur diversité, qui fait toute la richesse de la vie. Que la vie, justement, est belle et qu’elle est à réinventer chaque jour.

Quel modèle de conciliation vie privée / vie pro pensez-vous avoir donné ?
J’ai connu (et mes enfants avec moi) des périodes où le travail occupait une place prépondérante dans ma vie (pendant nos missions humanitaires à l’étranger), des périodes sans travail (lors de nos voyages au long cours), des périodes d’emploi salarié à mi-temps et maintenant de travail indépendant dans lequel j’organise mon emploi du temps en laissant toujours une place significative à ma vie privée. Ils savent donc que de multiples modèles existent et que l’on peut passer de l’un à l’autre. Ils savent aussi que le travail n’est pas l’élément central de ma vie.

Pouvez-vous me citer un moment privilégié avec votre fille auquel vous êtes attaché ?
Nos plateaux télé quand nous sommes toutes les deux seules à la maison et les gros câlins qu’elle continue à me faire, même si maintenant elle est plus grande que moi 🙂

Estimez-vous avoir été plutôt disponible pour votre fille durant son enfance / adolescence ?
Oui. Et je le suis toujours. Maintenant qu’elle est loin de la maison, nous communiquons beaucoup par Skype. L’application est toujours ouverte sur mon ordinateur (devant lequel je passe l’essentiel de mes journées ^^) et lorsque ma fille (ou mon fils) me contacte, quoi que j’aie prévu d’autre, je me rends disponible.

À votre avis, de quoi a le plus pâti votre fille du fait de votre activité professionnelle ?
De notre instabilité géographique pendant nos années de mission humanitaire. Même si les enfants s’adaptent facilement à un nouvel environnement, cela leur demande un effort (et de laisser derrière eux des choses ou des gens auxquels ils tiennent).

Quels conseils donnez-vous régulièrement à votre fille concernant son avenir ?
Je n’ai pas l’impression de donner souvent ce type de conseil, mais peut-être aura-t-elle un point de vue différent ! En tout cas, je lui conseille de rester positive, de se faire confiance et d’oser la nouveauté. Nous vivons dans un monde en constante évolution. Une évolution de plus en plus rapide et soutenue. La clé réside dans le fait de savoir s’adapter et il faudra qu’elle le fasse tout au long de sa vie.

Comment qualifieriez-vous l’éducation que vous avez souhaité donner à votre fille ?
Ouverte (ouverture sur les autres, sur les modes de vie différents), tolérante, planétaire (la France n’est qu’un tout petit pays sur une grande planète), aimante. Je crois beaucoup à l’exemple : on peut raconter ce que l’on veut, on enseigne surtout ce que l’on est et ce que l’on fait.

De quoi êtes-vous la plus fière dans l’éducation que vous avez donnée à votre fille ?
Je suis très fière de voir qu’elle est devenue une jeune fille indépendante, qui n’hésite pas à questionner ce que disent les media et à se documenter par elle-même pour se faire sa propre opinion. Opinion qu’elle n’hésite jamais ensuite à défendre !

Avec le recul, changeriez-vous certaines choses dans la façon dont vous avez concilié vie professionnelle et vie familiale ?
Non.

Estimez-vous avoir suivi de près sa scolarité, ses devoirs ?
Oui. Pendant tout le primaire et les premières années du collège, j’ai supervisé ses devoirs chaque soir. Même si j’avais peu de temps. Je vérifiais au moins que les choses avaient été faites. À partir de la 4e, 3e, elle est devenue autonome, mais j’ai continué à suivre ce qu’elle faisait, à lui poser des questions et me tenir au courant. Aujourd’hui encore ! Lorsqu’elle a fini un projet (elle suit une formation en arts appliqués) elle m’envoie une photo et nous en discutons. Je m’intéresse toujours à ce qu’elle fait.

Skype E6Élisa

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je suis une étudiante de 18 ans qui sort d’un Bac L. Bac qui ne me correspondait pas tant que ça puisque ce que j’aime par dessus tout, c’est le dessin. C’est pourquoi j’étudie actuellement en Mise à Niveau en Arts Appliqués à La Souterraine (une petite ville perdue dans la Creuse à côté de Limoges). Elle est également située à deux grosses heures de route de Tours, là où vit mon grand frère de 21 ans avec qui je m’entends particulièrement bien.

Quelle image de la vie professionnelle vous a été transmise par votre mère ?
Pour moi, mon futur travail doit être passionnant. Ça ne doit pas être une activité à cause de laquelle, chaque matin, j’aurais envie de me terrer sous ma couette… Non, tant pis si je dois me restreindre sur certains domaines, je veux m’amuser dans mon travail et aimer ce que je fais, même si ce sera difficile d’y parvenir et que ça me demandera beaucoup de temps personnel.

Quelles valeurs vous a transmis votre mère ?
L’entraide et la persévérance. C’est ce qui me vient à l’esprit quand je pense à son parcours.

Pouvez-vous me citer un moment privilégié avec votre mère auquel vous êtes attaché ?
J’aime discuter avec ma petite maman, de tout et de rien. Passer une soirée entre filles, blotties l’une contre l’autre sur le canapé, à rigoler devant une bonne série (et avec du chocolat s’il vous plaît !).

Quel modèle de conciliation vie privée / vie pro vous a transmis votre mère ?
Je pense qu’il est difficile de concilier les deux. En particulier en tant qu’auto-entrepreneur. Il faut trouver le temps de faire les produits, leur publicité, de gérer les ventes et les déplacements… Étant interne au lycée, il est souvent arrivé que je ne voie mes parents que quelques heures par semaine. Au début c’est compliqué… Mais on finit par comprendre et on s’y fait.

De quoi êtes-vous le plus fier chez votre mère ?
Je suis fière qu’elle fasse ce qui lui plaît vraiment, qu’elle soit heureuse et passionnée par son travail. J’aurais détesté avoir des parents se plaignant toujours de devoir aller bosser chaque matin. J’aime son entrain et sa joie de vivre.

Estimez-vous que votre mère a été globalement disponible pour vous durant votre enfance / adolescence ?
Ma mère a toujours été présente pour moi. Que ce soit pour m’aider à faire mes devoirs ou pour les petits chagrins de la vie quotidienne. C’est elle qui me donne confiance en moi et qui me pousse à réaliser mon rêve quand je commence à lâcher prise.

Diriez-vous qu’elle a suivi de près votre scolarité, vos devoirs ? Trop, pas assez, juste ce qu’il faut ?
Juste ce qu’il faut. Elle m’aide quand elle le peut et me pousse quand il le faut. J’ai toujours été encouragée dans mon travail et c’est ce qui m’a donné envie de réussir. Je pense qu’être trop sollicité et nous en demander toujours plus ne fera que nous décourager et nous pousser à abandonner… S’il n’y a aucune récompense quand les choses sont bien faites (et je parle ici d’un simple mot gentil, pas du dernier iPhone en date…), alors ça ne donne pas envie de continuer à faire des efforts. Je pense que ma mère a très bien compris le principe et ça a marché à merveille ! (Merci maman !)

Comment qualifieriez-vous l’éducation que vous avez reçue ?
C’est difficile de choisir les bons mots. Mais je dirais que ma mère a été attentionnée, encourageante, compréhensive et communicative. (Je crois que ce style d’éducation s’appelle « autoritatif »).

Pensez-vous plutôt reproduire l’éducation que vous avez reçue si un jour vous avez des enfants ?
J’aimerais sincèrement, mais je ne sais pas si j’aurai la même patience que ma mère !

Avez-vous déjà une idée du métier que vous souhaitez faire plus tard ? Et pensez-vous faire le même métier toute votre vie ?
Mon but ultime est d’être tatoueuse. Mais le cinéma d’animation et l’illustration me plaisent aussi beaucoup. Et un goût pour l’humanitaire commence à se faire ressentir grâce à mes parents… Alors c’est compliqué. J’aimerais tout faire, tout essayer, et puis finir tatoueuse. Mais bon… Advienne que pourra !

Quels conseils régulièrement donnés par votre mère vous semblent porter leurs fruits ?
« Aie confiance en toi ! »

Et une jolie photo mère/fille de 2007 🙂

FE0

Si jamais vous avez envie de participer à cette rubrique, toutes les informations (et le double questionnaire) sont !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One thought on “En tête à tête : Florence et sa fille, Élisa”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *