Autour du travail

Cadres sous pression

J’ai eu l’occasion de publier il y a quelques semaines dans Le Monde un article intitulé « L’inquiétante banalisation du dopage des cadres« . Pour faire face à la pression professionnelle et au stress, de plus en plus de cadres prennent des médicaments psychotropes (antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères, neuroleptiques…). Pour information, 18 % de la population française (23% de femmes, 13% d’hommes) des 18-75 ans déclarent avoir consommé au moins un médicament psychotrope au cours de l’année selon l’enquête 2010 du Baromètre santé (+ 3 points par rapport à 2005). Ce « dopage » est un sujet tabou, mais réel et inquiétant.

Pour cet article, j’ai notamment interviewé Philippe Rodet, ancien médecin urgentiste et auteur d’un livre sur le stress, Fatma Bouvet de la Maisonneuve, médecin psychiatre et auteur du livre « Le Choix des femmes » et Aude Selly, ancienne responsable des ressources humaines et qui a vécu un burnout professionnel dont elle a parlé dans ce livre « Quand le travail vous tue« . Philippe Rodet met notamment en garde contre les effets secondaires de ces psychotropes, notamment les risques d’automédication et de dépendance. De son côté, Fatma Bouvet de la Maisonneuve, responsable de consultations spécialisées en souffrance au travail, remarque une aggravation de la situation depuis un an ou deux, très préoccupante. Tous les deux ont également évoqué les répercussions négatives sur la vie personnelle et familiale.

Tous les milieux professionnels sont concernés, les hommes comme les femmes (avec une légère surreprésentation des femmes dans la prise de médicaments psychotropes). Les cadres intermédiaires sont tout particulièrement touchés, car pris en tenaille entre leur n+1 et leurs collaborateurs, et soumis à des injonctions paradoxales, les cadres de la fonction ressources humaines également (cf. le livre de cet ancien DRH, D comme DRH et dépressif).

Lire l’article en format pdf

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

7 thoughts on “Cadres sous pression”

  1. L’exercice de fonctions hiérarchiques ou de responsabilités fonctionnelles au sein d’une structure d’une entreprise publique ou privée ou à la direction d’une PME représente des risques psychologiques liés à la surcharge mentale et au stress : faire face à un faisceau de contraintes économiques et humaines, à des conflits sociaux, commerciaux, fiscaux…, assumer une responsabilité financière, juridique et morale, éventuellement personnellement et directement, expose souvent les cadres à un excès de charge mentale qui génère des conditions de travail stressantes, responsables de risques psychosomatiques, états d’anxiété et dépressifs, conduisant aux addictions.
    voir à ce sujet : La prévention des risques professionnels des cadres : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=469

      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *