Que deviennent-elles (ils) ?

Parcours au fil du temps : Sabrina

sabrinaAujourd’hui, c’est au tour de Sabrina, 35 ans, 2 enfants, consultante au sein d’un cabinet de conseil à Lyon de venir donner de ses nouvelles. Elle avait témoigné en 2009  pour la première fois dans la rubrique Paris/province et une deuxième fois en 2010. Un grand merci à elle ! (et vous pouvez la retrouver sur son blog).

Depuis ton dernier témoignage sur En Aparté comment ta situation personnelle et professionnelle a-t-elle évolué ?

Côté perso, le petit 2ème est arrivé, et Louise a désormais 2 ans ! Son frère a 5 ans et prépare ardemment son entrée au CP. L’Epoux a créé son entreprise, une agence de comm qui tourne bien. Nous sommes toujours lyonnais et urbains, et je lutte contre les envies de vert et de campagne de l’Epoux.

Côté pro, je viens de passer le cap de 13 ans au sein de mon cabinet de conseil. Je suis senior manager, en capacité « théorique » de candidater à un poste de directeur associé ou associé. Je dis bien théorique car les places sont chères, rares, voire en diminution, effet crise oblige. Après un peu de répit suite au congé maternité, je suis revenue aux 4/5ème sous forme de congé parental. Je perds 20% de salaire (ou presque) mais c’est une vraie bouffée d’oxygène personnelle et familiale. J’ai largement repris ma vie de nomade, intrinsèque à mon métier, même si je délègue en partie les déplacements.

Ton équilibre vie pro / vie perso a-t-il été modifié ? En quoi ? Est-ce plutôt mieux ou plutôt moins bien ? Pourquoi ?

L’arrivée du 2ème a été un « choc » plutôt bien géré, car finalement, la courbe d’apprentissage en tant que parents est tout de même plus rapide quand on est déjà passé par certaines étapes. Bref, le 2ème a fait moins de « mal » à l’équilibre de chacun que le 1er (et ouvert la porte au 3ème qui sait). Par ailleurs, je crois que le 4/5ème m’a vraiment sauvé la vie. Je gagne certes moins, mais j’ai plus de temps pour moi et les enfants, et le temps est aussi un bien précieux, je m’en rends compte.

Et d’ici 1 ou 2 ans, comment te projettes-tu ? Quelle articulation vie privée / vie pro souhaiterais-tu atteindre ? As-tu des projets précis (pros et/ou persos) ?

Ayant « fêté » mes 13 ans dans mon entreprise, la question se (re)pose de ma pérennité dans cette entreprise, ça va ça vient par cycles. Je ne suis pas forcément prête à sacrifier plus mon équilibre perso / pro pour candidater à un poste à responsabilités élevées (associé ou directeur associé au sein du cabinet où je suis), aussi parce que le travail de terrain auprès des clients me plaît beaucoup plus que les « grenouillages » internes.

Depuis mon dernier témoignage ici,  j’ai été sollicitée par un ancien client sur un poste très intéressant, qui m’aurait « sortie » du conseil, mais à Paris. Réfléchir personnellement et avec mon conjoint à cette opportunité (alléchante pour le défi pro qu’elle représentait) m’a aussi confrontée aux limites des sacrifices que j’étais prête à consentir à titre perso pour faire évoluer ma carrière. Revenir sur Paris a été un facteur bloquant : je ne veux pas faire subir cela à ma famille.

Je suis donc toujours attentive aux opportunités possibles, mais sans perdre de vue que je reste aujourd’hui dans un métier que j’aime, à la mobilité relativement maîtrisée (même si les 2/3 de mes clients sont …. aux Antilles), et dans un cadre confortable. Je n’ai  pas encore trouvé le prochain job qui me fera sortir de ma zone de confort !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 thoughts on “Parcours au fil du temps : Sabrina”

  1. Merci !

    C’est sûr que si tu tiens à balancer ton ratio vie privée / vie pro, candidater pour un poste plus exigeant ne risque pas d’arranger les choses 🙂

      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *