Autour du travail Initiatives/Bonnes pratiques

Les réseaux féminins (2/2)

4841949-7239153Le premier billet sur « Les réseaux féminins : pourquoi en faire partie ? » a été très lu et très partagé ! Merci à vous tous… Preuve qu’ils rencontrent un franc succès et répondent à de vrais besoins. Voici de nouveaux témoignages de femmes qui font partie d’un réseau professionnel féminin et qui expliquent ce que cela leur apporte au niveau personnel et professionnel.

Christine (que vous pouvez retrouver sur Twitter)

« J’ai découvert le réseau féminin Ell’en Cornouaille l’an dernier lors d’une visite d’entreprise qu’elle organisait et dont j’ai eu connaissance par la presse et Viadeo. A l’issue de cette visite, j’ai décidé d’adhérer à cette association qui compte environ 70 membres. Et depuis septembre dernier, je suis membre du Conseil d’Administration. Ell’en Cornouaille est un réseau de femmes cadres en poste ou en recherche d’emploi, avec comme objectifs de faciliter le retour à l’emploi, la mise en réseau avec des professionnels/les et des entreprises, de promouvoir la carrière des femmes en aidant notamment à l’égalité professionnelle femmes/hommes. Le réseau accueille les femmes cadres arrivant sur le territoire cornouaillais en aidant à leur insertion sociale.

Nous fonctionnons avec 3 commissions : Entreprises (dont je suis responsable cette année), Vie du Réseau et Communication. Différents évènements sont organisés : réunions d’adhérentes en apéritif dînatoire, ateliers thématiques en mini-groupe (« Ell’z’épluchent mon CV », « Réseaux Sociaux », « Coaching », « Speed Meeting », …), rencontres ou visites d’entreprise, déjeuner ou simple café en toute convivialité, conférences sous forme de débats/rencontres sur des thèmes d’intérêts communs (Retraite, Formation, Paysage Economique du bassin d’emploi), marrainage entre femmes cadres, rencontres avec d’autres réseaux féminins de la région comme Ell’à Brest et Entreprendre au Féminin.

Au niveau personnel, le maître mot qui convient à Ell’en Cornouaille est la bienveillance. Ce n’est pas juste de la simple gentillesse mais « veiller bien » me semble, par les temps qui courent, être juste humain. C’est important à mon sens de s’entre-aider. De plus, je suis arrivée dans ce réseau à une période un peu compliquée de ma vie personnelle et cela m’a permis de me re-créer un réseau social et même amical. J’ai en effet repris des études il y a 2 ans en Ressources Humaines et j’ai eu envie d’élargir mes relations dans un esprit de partage et d’écoute.

Au niveau professionnel, j’ai rencontré des femmes aux profils très variés avec qui j’ai des échanges intéressants et constructifs, sur leur métier, leur passion, … Certaines ont d’ailleurs créé leur propre activité et restent fidèles au réseau. Cela m’a ainsi permis de partager avec des femmes d’Entreprendre au Féminin et d’apprécier leur parcours professionnel ainsi que leur volonté d’entreprendre et leur dynamisme ! Pour conclure, je dirai que ça m’a permis de faire de belles rencontres très enrichissantes à tout point de vue, en seulement quelques mois… ».

Céline (que vous pouvez retrouver sur son site)

« J’ai lancé le réseau féminin Les-creatrices.fr il y a plus de 2 ans. Au départ de cette aventure : la recherche d’un réseau qui me ressemble… Créatrice du fait-main depuis 6 ans, (je réalise des robes de princesse) je commençais à fortement ressentir un éloignement social et professionnel largement répandu chez les femmes travaillant chez elles.

Ne trouvant pas le réseau qui me correspondait, j’ai décidé de le lancer : ainsi est né le réseau des créatrices professionnelles du fait-main ! En tant que membre de ce réseau, j’y trouve des partages d’expériences qui me parlent ainsi qu’un soutien de tous les instants. J’aime l’idée du cercle vertueux de ce réseau basé sur l’entraide mutuelle. Notre objectif commun étant de promouvoir le fait-main : nous partons du principe qu’unies, nous sommes plus visibles.

Aujourd’hui nous sommes 110 créatrices présentées sur le site dont l’objectif est de mettre en relation directe les créatrices avec des personnes intéressées par le fait-main. Notre réseau est national et petit à petit nous organisons des rencontres régionales afin de favoriser les partenariats ou autres actions communes. Sur notre groupe facebook nous abordons des thématiques pros : référencement, communication, photos etc … ainsi que des sujets plus persos car travaillant à la maison les frontieres pro-perso sont parfois floues. La page facebook présente chaque jour une créatrice différente. Depuis peu, le blog les-creatrices.fr est ouvert à toute créatrice du fait-main : nous y abordons de façon synthétique les thèmes discutés en off sur notre groupe. »

Gaëlle (hihihi, c’est moi !)

« Je suis membre d’Ell’à Brest depuis septembre 2011. En tant que journaliste, j’avais eu l’occasion d’écrire en 2010 un article pour Maviepro.fr sur des réseaux de femmes cadres en province ainsi qu’un billet sur mon blog. Je m’étais dit que si un jour, je venais à m’installer en Bretagne, je ne manquerais pas de m’y inscrire… Or, je suis arrivée à Brest en août 2011 ! Dès septembre, j’assistais, avec une amie que j’avais entraînée avec moi, à la réunion mensuelle d’Ell’à Brest. Ce réseau a été créé en mars 2009 avec un double objectif : promouvoir l’égalité professionnelle hommes/femmes et aider les femmes en poste ou en recherche d’emploi à se constituer un réseau et à évoluer professionnellement. De nombreuses actions sont proposées par Ell’à Brest : des réunions mensuelles (réunion d’information, avec parfois un intervenant extérieur, suivie d’un dîner au restaurant), des ateliers formation (sur le leadership, la gestion des conflits, la prise de parole en public, etc.), des conférences ouvertes au public sur des thèmes liées à l’égalité hommes/femmes mais pas seulement, des visites d’entreprises, des clubs emploi pour que celles qui sont en recherche se sentent moins seules et puissent partager leurs difficultés et leurs conseils, etc.

Grâce à ce réseau, j’ai rencontré des femmes d’horizons très divers : de tous âges (de 25 à 55 ans), de toutes formations (scientifiques, littéraires, etc.), de vraies brestoises ou des femmes, comme moi, qui ne connaissaient pas Brest mais sont arrivées là souvent suite au travail de leur conjoint ou par choix de (re)venir s’installer en Bretagne. C’est une vraie richesse et une ouverture d’esprit importante, pour moi. Cela m’a permis d’élargir mon réseau social et amical, en plus de celui que je me suis créé grâce à mes enfants et au quartier où nous vivons (je tiens à souligner d’ailleurs que les brestois nous ont admirablement et chaleureusement accueillis…et c’est une nomade qui a déjà vécu dans 7 ville différentes en 15 ans qui vous le dit !!).

Je prends plaisir à découvrir d’autres parcours, d’autres visions, d’autres cultures que la mienne. C’est très enrichissant. Cela permet de voir aussi comment est vécu le sujet de l’égalité professionnelle en fonction des expériences de chacune (certaines très positives, d’autres beaucoup moins malheureusement…). Maintenant, je vois certaines adhérentes en dehors du réseau. J’essaye d’être active et d’apporter au réseau un peu de mon temps et de mes compétences : j’ai ainsi participé à l’organisation d’une conférence sur la parentalité en entreprise en mars 2012, dans quelques semaines, je vais animer à l’attention d’une quinzaine d’adhérentes un atelier-formation sur l’usage professionnel des réseaux sociaux, j’ai fait partie du groupe de travail en charge de la refondation du site internet de l’association, je donne un coup de main sur un communiqué de presse, etc. En échange, certaines m’apportent des idées d’articles (par exemple, une adhérente qui travaille chez Armor Lux m’a signalé une pratique RH intéressante que j’ai pu traiter pour un magazine pour lequel je pige, bientôt, j’espère présenter le métier de juge d’une des adhérentes, etc.). J’ai eu la chance de visiter deux entreprises finistériennes dans des conditions privilégiées grâce à Ell’à : Empreintes (lingerie haut de gamme) et Tech-Nature (poudres cosmétiques), d’assister à des conférences de haut niveau (sur les risques psycho-sociaux et prochainement sur l’adolescence). Bref, beaucoup de positif et de rencontres très enrichissantes !

Je pense qu’il y a un vrai plaisir à se retrouver entre femmes. Nos discussions portent à la fois sur nos métiers, notre façon de concilier vie pro et vie perso, nos souhaits d’évolution, les difficultés à trouver un emploi en province qui correspond à la formation initiale, les désirs de reconversion ou de formation, mais aussi les enfants, les conjoints, etc. ou encore sur des sujets plus généraux (la mobilité, les transitions professionnelles, la place du travail dans nos vies, etc.). Il y a un côté à la fois bienveillant et énergisant dans ce réseau ».

Isabelle (que vous pouvez retrouver sur LinkekIn ou sur Twitter, sous le pseudo @ladyrezo)

« Je suis co-déléguée du groupe ESCP Europe au Féminin chez ESCP Europe Alumni.

Ce que cela m’apporte au plan perso : le bonheur de partager mon expérience , de transmettre tous ses merveilleux enseignements, et par voie de conséquence de me sentir utile (c’est de mon âge !) de me consacrer  à une cause qui m’est chère, même si je n’en ai pas directement souffert (quoique en y réfléchissant bien)…, de merveilleuses rencontres très diverses qui finissent naturellement par enrichir mon réseau et le sentiment d’une immense solidarité naturelle, sans se forcer, quel que soit l’âge, le niveau, la réussite ou pas…avec les femmes, tout est simple…pas ou peu de jeux de pouvoir…

Et au plan professionnel : une grande cohérence/pertinence par rapport à mon cœur de métier : le développement de réseaux d’alumni principalement dans l’univers de l’enseignement supérieur mais ailleurs aussi une corde supplémentaire à mon arc et enfin la possibilité de me connecter à de multiples réseaux de femmes qui peuvent avoir envie de me faire travailler…ce qui est le cas pour certains… ».

Et pour terminer, je laisse la parole à Emmanuelle Gagliardi qui comme je vous le disais hier a co-rédigé la nouvelle édition des Réseaux au féminin, Guide Pratique (bientôt disponible aux Editions Eyrolles) :

« L’idée du guide est de mettre fin à une idée reçue : les femmes n’ont pas de réseaux. Faux ! L’agence Connecting Women que je co dirige, en veille plus de 400. Ce qui est vrai par contre, c’est que les femmes ne consacrent pas au networking le temps nécessaire pour que celui-ci vienne booster leur carrière.

Dans ce deuxième ouvrage consacré aux réseaux féminins, nous avons passé en revue des réseaux d’anciennes d’école, des réseaux d’entreprises, sectoriels, ou par profession, des réseaux d’entrepreneures, politiques, culturels, lobbyistes ou religieux afin que chacune puisse trouver réseaux à son pied, quel que soit son statut : salariée, entrepreneure, en libéral, ou en recherche de projets.

A quoi sert un réseau de femmes ? Qui les fréquente ? Qui les dirige ? Comment y entre-on ? Que vous apprennent-ils ? Et pourquoi sont-il absolument indispensables à une carrière ? Ce sont les questions auxquelles répond ce livre.

Le lancement du livre sera fêté le 23 avril, date à laquelle nous organisons la plus grande rencontre de réseaux féminins en France : Le Printemps du Networking afin de passer de la théorie à la pratique ! »

Enfin, je vous invite également à lire l’article que Sandrine Chesnel vient d’écrire pour le site de L’étudiant sur les réseaux féminins.

L’illustration vient du site Women Tomorrow, réseau professionnel féminin en ligne que je vous invite également à découvrir ! (dont je suis membre, notamment en tant que mentor).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 thoughts on “Les réseaux féminins (2/2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *