Pour faire face à  l’évolution des temps sociaux et répondre à la difficile problématique de la conciliation/articulation de la vie professionnelle et de la vie personnelle, certaines villes ont lancé des bureaux des temps. Actuellement, une quinzaine existe en France : Poitiers, Saint-Denis, Rennes, Lyon, Montpellier, Dunkerque, Paris, Angers, etc. Certains d’entre eux sont réunis au sein de l’association Tempo Territorial. Mais qu’est-ce que c’est qu’un bureau des temps et à quoi cela sert-il ?

Jean-Yves Boulin, sociologue au CNRS, nous l’explique en quelques mots :
« Nés en Italie dans les années 1990, les bureaux des temps se sont développés en France au début des années 2000. Des collectivités locales s’intéressent à l’organisation du temps – horaires d’ouverture et accessibilité des services – et à la coordination des systèmes d’horaires sur leur territoire – transports, loisirs, travail, etc. – dans un objectif d’amélioration de la qualité de vie. Cette organisation n’est pas la même dans une ville administrative, étudiante, industrielle ou touristique. A Poitiers, une semaine avant la rentrée scolaire, en fin de journée, tous les acteurs du scolaire et du périscolaire sont réunis dans les mairies de quartier afin que les parents puissent réaliser toutes les inscriptions en une seule démarche. Si les 35 heures permettent de libérer du temps, encore faut-il qu’au plan local, existent des structures socioculturelles accessibles. Les politiques temporelles peuvent accompagner ces transformations, voire les anticiper ».

(extrait d’une interview donnée à Entreprise & Carrières, le 20/11/2007)

Selon l’Association Tempo Territorial, s’intéresser aux démarches temporelles d’un territoire signifie porter attention à la vie quotidienne des habitants, à leurs nouvelles contraintes personnelles et collectives, à leurs relations avec l’offre des services publics, à leurs adaptations souhaitées en matière de transport, de modes de gardes, d’organisation du travail, de formes d’emploi, de temps libéré. Cela signifie aussi prendre en compte les services privés manquants pour que la maîtrise du temps soit la même pour tous. C’est d’ailleurs cet objectif politique –à la fois global et très concret- qui a entraîné une attention aussi importante de la part des collectivités, des entreprises, des associations et des habitants concernés. Ces adaptations –construites et non subies- élaborées avec les acteurs concernés, garante d’égalité entre les hommes et les femmes, d’égalité des chances, de démocratie, sont illustratrices des politiques locales de développement durable.

Pour connaître les réalisations concrètes de ces bureaux des temps, voici quelques sites internet :

- – l’espace des temps du Grand Lyon (l’un des plus actifs) – Présentation notamment des services urbains, publis ou privés, à horaires originaux ou décalés.
- –
le bureau des temps de la ville de Paris – Elargissement des équipements de loisirs, simplification du quotidien des familles …
- –
le bureau des temps de la ville de Rennes – Adaptation de l’organisation du travail pour les agents de propreté de la Ville, amélioration des services liés à la garde des tout-petits, les Jeudis du temps, etc…
-  l’agence des temps de l’agglomération de Poitiers
la mission gestion des temps de Montpellier : autour de 3 axes : faire évoluer les services, facilter l’organisation du quotidien, et diminuer les pertes de temps en coordonnant les activités.

Edit du 15 février 2012 : à lire, un article qui revient sur les actions mises en place à Rennes avec la nouvelle organisation du service d’entretien.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...