Dictionnaire

C comme Comparaison sociale

Le dictionnaire collaboratif de la conciliation vie privée / vie pro reprend du service grâce à Claire-Marie Best, psychologue clincienne et auteur de « Imparfait, pourquoi pas ! » (Armand Colin) – que je suis en train de le lire et dont je vous parlerai bientôt.

J’ai eu l’occasion de la rencontrer (grâce à Twitter) et d’échanger avec elle sur nos sujets de prédilection. En effet, Claire-Marie qui reçoit de nombreuses femmes, s’est penchée sur leurs problématiques et l’articulation de leurs différents rôles. Elle a développé des consultations Face à femme, dédiées à leurs problématiques psychologiques et contextuelles (conciliation, épanouissement, contraintes, engagement, réalisation de soi, maternité, sexualité, épuisement, performance, perfectionnisme, changement pro, etc…). Je lui laisse la parole !

C……comme Comparaison avec les autres

N’avez-vous jamais eu l’impression que vos amies se débrouillaient  vraiment mieux que vous dans certains domaines ?  La sensation que vos copines semblent mieux organisées, ou plus détendues, ou plus confiantes, plus patientes, plus maternantes ou plus pro, plus sexy ou plus brillantes, etc… Moi si. Et pour cause ! Il semble que la comparaison sociale soit un processus auquel nous ne pouvons pas vraiment échapper.

Les êtres sociaux que nous sommes sont soumis au même procédé comportemental : Nous nous observons dans le regard des autres et nous avons tendance à nous juger en fonctions de notre entourage.

Notre cerveau juge très rapidement nos manquements et nous branche sur radio critique aussi vite qu’il détecte que la voisine est superwoman : « Elle a des enfants calmes et polis » ; précisément quand les vôtres ont décidé d’être insupportables. « Elle sait recevoir et offrir un diner parfait et savoureux » ; précisément quand vous avez brulé votre dernière tarte tatin. « Elle a des ongles impeccables et une robe si élégante » ; précisément quand vous avez pris 5 kilos et que votre vernis s’abîme en 10 minutes. « Elle a un job passionnant de working women » ; précisément quand vous vous ennuyez dans une routine lancinante au travail… Bref, on pourrait trouver de nombreux exemples, c’est l’histoire de la fameuse herbe toujours plus verte dans le pré de la voisine.

Les chercheurs en psychologie proposent une expérience intéressante : On propose à un candidat qui postule à un emploi temporaire de remplir un  questionnaire sur l’estime de soi. Dans une première condition, un autre candidat « Monsieur Bof » négligé, peu motivé et endormi (complice des chercheurs) entre dans la pièce pour passer aussi le test. Dans une deuxième condition, c’est un candidat motivé, impeccable, ambitieux qui entre dans la pièce, « Monsieur Top ».  En fonction de l’entrée de Mr Top, ou Mr Bof, les sujets changent de jugements sur eux-mêmes. Bref, ils se comparent immédiatement en mieux ou en moins bien.

Pour voir l’expérience de l’équipe de N. Dubois :

http://www.canal-u.tv/video/les_amphis_de_france_5/les_effets_de_la_comparaison_sociale.3079

Notre estime de nous-même s’affaiblit lorsque notre interlocuteur est jugé meilleur que nous. A l’inverse, elle augmente lorsque nous percevons les failles des autres. Les résultats démontrent que notre propre estime est fluctuante selon le contexte que nous vivons.

Ce phénomène est donc normal et inévitable ! En revanche, quand il est trop intensément ressenti, il peut devenir une vraie source de souffrance et entraîner une perte de confiance en soi, une mise en doute de ses compétences, une image négative de soi, de manière obsédante et ruminante. A ce stade, il existe des manières de travailler sur soi pour se reconsidérer autrement.

Alors le plus important n’est-il pas de marcher sur sa propre route, même quand les petits cailloux de la comparaison sociale nous font mal aux pieds ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One thought on “C comme Comparaison sociale”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *