articleenjeuxlesechosHier, j’ai vu passer sur twitter un article des Enjeux Les Echos rédigé par Stefano Lupieri et intitulé « Réussir en couple, un travail d’équipe ».

Forcément, j’ai eu envie de le lire ;-) Si par certains aspects, je l’ai trouvé intéressant, je n’ai pas pu m’empêcher de le trouver un peu « lisse », un peu trop « rose » dans sa vision des couples à double carrière. J’ai trouvé qu’il donnait une vision un peu idéalisée des couples à double carrière et qu’il omettait un peu trop rapidement de parler des difficultés / échecs / frustrations possibles.

Je l’ai partagé sur la page FB d’En Aparté pour savoir si j’étais la seule à réagir de cette façon. Et voici les remarques qui ont été postées : « il serait intéressant d’interroger la nounou et les enfants…la couleur serait sans doute moins uniforme ». Moi aussi, je le pense ! J’ai effectivement l’impression que l’on oublie un peu trop cette donnée dans l’équation ! J’avais d’ailleurs écrit plusieurs billets sur ce sujet, dont ceux-ci : Conciliation vie perso / vie pro : la place des enfants, Concilier travail/enfants : en faire moins, c’est mieux ?. Je voudrais juste ajouter une petite « anecdote ». Quelque chose me frappe et me semble assez révélateur : lorsque nous rencontrons des amis, où les deux membres du couple travaillent, qu’est-ce qui occupe beaucoup nos conversations, nos interrogations, nos doutes ? Les enfants, leurs éventuels problèmes, leur scolarité, la difficulté de mener de front travail et éducation, ce que l’on peut déléguer et ce que l’on n’a pas envie de déléguer. Je pense que ce n’est pas tout à fait anodin, si ? (bien sûr, on évoque aussi nos boulots respectifs, ce qui plait, ce qui nous pèse, ce dont on rêverait, etc.).

Autre remarque d’une personne que j’ai trouvée très juste : « On ne parle pas des couples qui explosent lorsqu’ils ne font plus que se croiser. Ou que le « sacrifié » déchante parfois quand il a dû démissionner et se retrouve dépendant de l’autre ». Sur Twitter également, un commentaire rejoint celui-ci : « La double haute réussite finit souvent en double solitude… »

Est-ce à dire que la double réussite est impossible ? Ou alors qu’il ne faut pas avoir d’enfants pour qu’un couple puisse mener à bien une double carrière ? Non, ce n’est pas cela non plus que je veux dire. Je trouve cela très bien de faire témoigner des couples qui ont tous les deux une belle carrière, qui  partagent (a priori) équitablement les contraintes professionnelles et familiales. En revanche, j’aurais aimé que l’on évoque davantage les doutes, les difficultés, les sacrifices, que cela peut entraîner.

D’ailleurs, c’est un sujet que j’avais moi-même abordé sur ce blog à travers le livre et une interview de Sandrine Meyfret (également interviewée dans l’article des Echos) : Les couples à double carrière (et Sandrine elle-même avait contribué au dictionnaire collaboratif de la conciliation vie perso / vie pro en choisissant la lettre D comme Double carrière). Cela mérite tout à fait d’être exploré, analysé, débattu.

Bref, j’ai eu envie de partager à chaud avec vous ces quelques réflexions. Cela n’enlève pas l’intérêt réel du sujet de l’article mais cette vision un peu tronquée, simpliste de la problématique m’a donné envie de publier ce court billet. Vos réactions et commentaires sont les bienvenus !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...