Divers

Ce que vous ne referiez pas ou différemment

800px-BackspaceJ’ai la chance d’être en vacances pour une dizaine de jours mais je ne voulais pas complètement vous abandonner ;-).

J’ai alors réfléchi à un jeu concours que j’aurais pu mettre en place mais 1) je n’ai aucun lot vraiment attractif à vous offrir (pas de voyage à l’île Maurice ou aux Seychelles, ni spa merveilleux, etc. – eh oui, En Aparté n’a pas encore trouvé de mécène généreux 🙂 et 2) un jeu concours, c’est réglementé, il y a des contraintes juridiques précises (bref, pas du tout ce dont j’avais envie). Donc retour à la case départ !

J’ai continué à cogiter…Quel thème retenir (cohérent avec le blog) ? Sous quelle forme (photo, écrit…) ? Et j’ai fini par trouver une idée que je trouve intéressante. La voici !

Avec le recul, nous nous rendons souvent compte que nous avons effectué certaines choses que nous ne referions pas ou alors différemment, et ceci tant dans la sphère professionnelle que personnelle ou familiale.

Et vous, quelles sont les choses/décisions/comportements que vous ne referiez-vous ou de façon différente ? Je me dis que peut-être ces retours d’expériences permettront à certaines personnes de réfléchir à deux fois avant de les faire elles-mêmes :-). Je précise que bien sûr, je ne vous demande pas du tout de livrer ici des choses très personnelles ou intimes mais en quelque sorte des petites « leçons » de vie, des réflexions sur votre carrière, vos principes d’éducation…

Qu’est-ce qu’on gagne ? Ma reconnaissance, celle des lecteurs et lectrices…et pourquoi pas si cela vous tente, un jour, nous pourrions organiser un déjeuner ou un dîner autour de nos apprentissages au fil des ans et surtout, faire plus ample connaissance !

Comme je sais que ce n’est jamais facile de se lancer la première, voici mes « Si c’était à refaire, voici ce que je ne ferai plus ou différemment » :

– Me permettre de « critiquer » l’organisation d’une entreprise avant au moins 3 mois d’ancienneté ! (sauf si on me demande expressément mon avis avant),

– Apprendre davantage l’autonomie à mes enfants par rapport à leurs devoirs scolaires,

– Me poser tout un tas de questions lorsque mon enfant entre vers l’âge de 2 ans dans une terrible période d’opposition car je sais désormais que c’est une période normale qui exige certes fermeté et souplesse mais… qui passe ! (avant que la suivante n’arrive, nous sommes bien d’accord…!)

– Davantage essayer de négocier un salaire d’embauche en affûtant mes arguments.

En revanche : je referai notamment et sans grande hésitation : les mêmes études, le choix du temps partiel à certains moments, le fait d’avoir eu 3 enfants de façon relativement rapprochée…

A vous ! Merci d’avance de votre participation et à bientôt !

11 thoughts on “Ce que vous ne referiez pas ou différemment

  1. le 11 mai je te pourrai te dire si c’était une bonne idée de partir seule en Chine avec 3 enfants voir mon mai chéri … juste là je flippe à haute dose !

      

  2. J’ai toujours eu tendance à penser que mes choix, bons ou mauvais, on fait la femme que je suis aujourd’hui. Si je pouvais revenir en arrière, je prendrais un magnétophone pour avoir des preuves du harcèlement moral subit lors de ma première grossesse. Mais meme ça m’a fait prendre beaucoup de recul sur mon travail et en trouver un plus épanouissant.

    Pour ce qui est de mes enfants, je cherche toujours la recette pour moins m’énerver, donc meme en revenant en arrière, je ne saurais pas quoi changer

      

  3. Bonjour Gaëlle
    Ce matin sur le chemin du travail, je réfléchissais à ta question et finalement j’ai trouvé UNE chose :
    Après mes études, j’ai commencé à travailler de suite (enfin, commencé à chercher de suite) et je regrette un peu de ne pas avoir pris un peu de temps temps avant de plonger dans le bain du travail comme l’ont fait mes amis norvégiens qui restaient vivre chez leurs parents, faisaient un job alimentaire pendant 6 mois de l’année avant de prendre une carte euro-rail et d’aller découvrir le monde. A posteriori ce n’est pas bien grave et je n’ai pas d’immense frustration mais j’ai parfois l’impression d’avoir été très sérieuse et de ne pas avoir assez voyagé…. je crois que ça m’aurait appris à être moins timide et plus affirmée dans mes choix ensuite.

      

  4. C’est une question difficile, dans mon cas il me semble que les choix faits étaient cohérents avec le contexte et les idées du moment,… Bon, si c’était à refaire, je choisirai quand même un autre boulot. Globalement ce que je regrette c’est de ne pas m’être fait plus confiance, Plus que les décisions elles-mêmes c’est l’état d’esprit avec lequel je les ai gérées que je changerai.

    Gaëlle, je pense que certains enfants sont autonomes avec le travail scolaire et d’autres ne le sont pas, voilà tout. Comme pour beaucoup d’autres choses, l’influence des parents y fait beaucoup moins que ce qu’on imagine au départ.

      

  5. Bonjour Gaëlle, comme promis je reviens répondre à ta question… Compte tenu de ma situation actuelle (voir mon dernier témoignage sur ce blog 😉 ), et même s’il ne faut pas avoir de regrets, la principale chose que je ferais différemment si je pouvais revenir en arrière serait d’écouter la petite voix (mon instinct?) qui me chuchotait dès le départ qu’il y avait quelque chose qui clochait dans la relation que j’étais en train de nouer… La leçon de vie que j’en tire pour aujourd’hui c’est d’être plus attentive à mes besoins, plus affirmative de mes valeurs, bref de me faire davantage confiance 😉

      

  6. J’ai pensé ces derniers jours à ta question. J’avais des regrets il y a quelques années (orientation vers une carrière scientifique alors que j’étais littéraire, reprise d’études quand ma fille était petite, pertes de temps, doutes concernant ma vie personnelle…) mais je réalise que toutes ces expériences (bonnes, mauvaises, douloureuses) me sont utiles aujourd’hui pour écrire et être ce que je suis.

      

  7. Le premier truc qui me vient à l’esprit, c’est ma reconversion professionnelle: si c’était à refaire, je n’attendrais pas d’avoir un accident pour la mener à bien, j’écouterais et agirais sur les signes de ras-le-bol bien plus tôt.

    En revanche, ce que je ferais de la même manière, c’est l’animation de mon blog. J’y prends énormément de plaisir depuis 5 ans, et il est une mines d’opportunités relationnelles et professionnelles..

      

  8. Rien de rien, je crois que je ne regrette rien (en tout cas qui puisse être raconté ici)… J’ai appris de toutes mes expériences professionnelles et personnelles, même lorsque j’ai eu le sentiment de me fourvoyer, cela m’a servi par la suite. Bien sûr, tout n’est pas tout rose, j’aurais sûrement pu mieux négocier le côté financier de ma vie, mais je n’ai jamais voulu que cela soit un point de blocage au changement et à l’épanouissement personnel. Je veux avant tout transmettre cela à mes enfants, leur montrer qu’on peut vivre plusieurs vies et que toutes les expériences sont enrichissantes.

    Dernière chose : je ne me suis jamais sentie aussi bien ni aussi créative qu’aujourd’hui, à 47 ans…

    PS. Bonnes vacances à toi !

      

  9. Avec le recul je me serais plus écoutée pour mes études plutôt que chercher à faire plaisir à mes parents à tout prix. J’aurais aussi peut être mieux négocié mon premier salaire en CDI. Après 8 ans d’experience profesionnelle, je m’en suis bien sortie et je ne regrette pas. Je me dis aussi que j’essaierai de plus écouter mes (futurs) enfants sur l’orientation.

      

  10. Bonjour Gaëlle,

    « Ce que vous ne referiez pas ou différemment »

    Qu’est-ce que je changerais ? Je pense à bien y réfléchir qu’il n’y a qu’une chose que je referais différemment, ma parcours scolaire.

    En effet, ce parcours est très court, j’ai un BEP/CAP d’agent d’administratif et informatique, soit deux années après la 3ème. Ces deux années ont été studieuses et j’aurais pu continuer vers un BAC Pro mais j’étais jeune et j’avais envie de commencer ma vie professionnelle.

    Voici mon seul regret ne pas avoir pris la peine de continuer mes études. Par contre j’ai eu beaucoup de chance, jusqu’à présent, avec ma vie professionnelle. En effet sur Paris j’ai eu l’opportunité de travailler dans des grands et beaux groupes dont le dernier le Groupe LES ECHOS qui m’a permis de voir différents aspects du monde de la presse.

    Mais si j’avais continué mes etudes, aurais-je eu la même vie ?? aurais-je un mari formidable et deux beaux garçons, peut être, peut être pas. Alors à choisir non je ne changerais pas mon parcours scolaire :-))

      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *