Autour du travail

Perles de recruteurs

Elaee, cabinet de recrutement et chasseur de tête s’amuse régulièrement sur son blog à mettre en ligne ses perles de recrutement pour montrer que le métier de recruteur n’est pas facile tous les jours. Certaines anecdotes valent le détour !

Cela m’a donné l’idée de faire un billet sur les perles des recruteurs. Car si certains candidats en font voir des vertes et des pas mûres aux recruteurs, l’inverse est également vrai  On a tous en mémoire des entretiens de recrutement : certains se sont bien passés et d’autres beaucoup moins bien ! Nous aussi, nous avons des anecdotes à raconter et ce n’est pas toujours à leur honneur !!

Voici, quelques-uns de mes souvenirs personnels :

– il y a les entretiens de recrutement qui donnent l’impression que tu postules pour un poste de haut dirigeant ou d’espion de haut vol alors qu’en fait pas du tout…n’empêche tu as le droit à toute une batterie de tests, de questionnaires, d’analyse grapho, d’entretiens hyper poussés, etc. Cela te prend plusieurs demi-journées…tu en sors épuisée, lessivée, KO et tu te demandes un peu dans quel monde tu risques d’atterrir…

– il y a les entretiens de recrutement où tu es recrutée en quelques minutes, de façon très artisanale. Tu sens que la personne en face de toi, le recrutement, ce n’est pas vraiment sa spécialité. Mais qu’importe, le contact passe bien et hop, c’est signé !! Tu n’en reviens toujours pas qu’il n’y ait pas d’autres étapes…

– il y a les entretiens de recrutement où après 4 entretiens différents, on finit par te demander de rédiger un cas pratique (bien évidemment cela te prend un temps fou et ce n’est pas rémunéré…), tout cela pour apprendre quelques semaines plus tard que le recrutement est « suspendu ». Là, tu as la haine !!

– il y a les entretiens de recrutement où tu te retrouves devant un tout jeune chargé de recrutement qui est super timide et super mal à l’aise. Tu as presque envie de l’aider tellement tu le sens maladroit et que ses questions, tu as vraiment l’impression qu’elles sortent tout droit du manuel du parfait recruteur. Même toi, avec ta dizaine d’entretiens de recrutement derrière toi, tu as l’impression que tu ferais mieux !

 – il y a les entretiens de recrutement où tu y vas super excitée car tu es persuadée que c’est THE poste de ta vie, (et donc tu ne négocies rien, tellement tu es contente d’avoir été sélectionnée…grossière erreur, je vous le dis tout de suite !), ceux où tu vas plutôt très
cool car le poste ne te tente qu’à moitié mais c’est pas grave, cela te fera un entraînement !
(c’est vrai, d’ailleurs, ne jamais refuser un entretien)

– il y a les entretiens de recrutement où tu vas tellement remontée ou désabusée contre les recruteurs (en effet, après 200 lettres de candidatures où on n’a même pas daigné te répondre, forcément tu es un poil énervée), que tu as du mal à lui faire croire que tu es positive, winneuse, sûre de toi, confiante, battante, gagnante, gniaquante, et que sais-je encore…

Et vous ? Racontez moi vos souvenirs, bons ou mauvais, d’entretiens de recrutement

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

6 thoughts on “Perles de recruteurs

  1. Bonjour!

    En tant qu’ex-RRH, j’ai quelques anecdotes en stock. Voici quelques souvenirs qui me reviennent:

    – je suis une femme et j’avais alors bien moins de 30 ans, le candidat (un homme) environ 50, il m’a tutoyé quasiment tout de suite. C’était non seulement déplacé (je le lui ai dit),
    mais il faut aussi imaginer que si il avait été embauché par la suite (cela n’a pas été le cas, pour plusieurs autres raisons), j’aurais été son interlocuteur RH principal, non pas sa fille du
    substitution…

    – il y a eu le candidat auquel j’ai indiqué en fin d’entretien que le poste ne semblait pas vraiment correspondre à ses attentes. Il m’a répondu « ce n’est pas grave, tenez voici ma carte: vous
    pouvez m’appeler… même pour autre chose qu’un job d’ailleurs (+clin d’oeil) ». Je ne l’ai pas rappelé, ni pour un job, ni pour autre chose…

    – j’ai eu le cas d’une candidate qui devait appréhender beaucoup cet entretien… Nous venons de nous serrer la main et elle me tend un nouveau CV en me disant qu’il remplace celui qu’elle
    m’avait envoyé auparavant. Les deux CV devant moi, au 1er coup d’oeil, la seule différence que je vois c’est son prénom qu’elle a « francisé ». Je lui demande pourquoi et elle me répond que c’est
    son conseiller ANPE (à l’époque) qui lui avait dit de le faire. Je lui rétorque que ce préjugé envers les recruteurs est en l’occurrence vexatoire et que de toute façon elle a décroché cet
    entretien avec son prénom en V.O. C’est donc que cela ne m’a pas posé de problème. J’ai mis de côté le nouveau CV et nous avons procédé à l’entretien.

    Voilà pour quelques souvenirs de recrutement…

      

  2. Et le recruteur qui vous fait le test de la porte et qui scrute vos chaussettes :

    «  Le candidat arrive à l’heure, je suis bien sûr là mais
    c’est une volonté que de le faire patienter, dans le couloir, une fois que mon assistante lui a indiqué ma porte (fermée bien sûr). Et je vais attendre, jusqu’à ce qu’il trouve le temps tellement
    long, qu’il viendra frapper à ma porte (mon assistante me racontera ensuite s’il est venu lui demander de l’aide ou pas et comment il s’y est pris). Et c’est là que je vois, d’après la façon
    qu’il aura de frapper (léger/timide, fort/sûr de lui, répétitif ou pas…) et surtout d’ouvrir la porte : petit museau passant par l’entrebaillement (bof, peu à l’aise), porte ouverte en
    grand, se tenant bien droit (voilà quelqu’un d’assuré, agressif peut-être ?) etc. La première chose que je regarde : les chaussettes. Car si elles sont blanches, sport, il est certain d’ores
    et déjà de ressortir de mon bureau dans les 10 minutes ! Les fautes de goût sont impardonnables ! « 

     

    Exemple donné sur le blog Elaee « t’as pas le look Coco ».
    Merci Gaëlle

      

  3. Question d’un recruteur (chef chez le concurrent de là où je travaillais) : au bout de 3 minutes : « vous avez combien d’enfant », pas sûre que ce genre de question soit posée à un homme, mais peut
    être je paranoïse, puis 2 minutes plus tard « et pour vos enfants, vous envisagez quel mode de garde ? », bon on peut mettre ça sur le fait que ce brave monsieur s’inquiétait soit du bonheur de mes
    enfants soit de mon hyper disponibilité … je lui réponds que j’ai une nounou à domicile (genre fille hyper dispo et merci de passer à la question suivante sur mes capacités intellectuelles) et
    sans gêne, il me répond  » c’est pas possible, la convention collective de ce genre de personnel ne peut accepter autant d’heures par semaine », il a du sentir un « m’est quéçapeuttefoutemongars »
    dans mon oeil … Je savais qu’il avait quelques réticences envers les femmes mais là, je suis bien désolée pour les personnes qui travaille avec lui …

      

  4. Les choses ont souvent été rapides pour moi, tout ou rien et c’est bon ou pas, je n’ai jamais eu à affronter l’entretien de groupe par exemple avec caméra pour étudier qui prend plus ou moins la
    parole, dit des conneries, écoute, interrompt, agresse…stressant de devoir paraître parfait et tout en contrôle !

      

  5. J’aime bien l’originalité de ce billet ! Il y a en effet autant de type de recruteurs que de type de candidats. Ce plus, il est à notre que certaines petites boites n’ont pas vraiment de
    responsables en ressource humaine compétents pour faire leur recrutement…

      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *