Dictionnaire Spécial Eté

G comme Grossesse

lettrineG

G comme Grossesse (par Véronique)

« La grossesse n’est pas une maladie » m’avait annoncé sans un sourire et sans même lever les yeux de son bureau ma patronne de l’époque, alors, que jeune mariée, je lui annonçais la bonne nouvelle, un peu embarrassée. 6 mois plus tard, Jeanne naissait et celle que j’avais imaginée dragon sans coeur faisait livrer un adorable bouquet de fleur au nom de ma fille pour lui souhaiter la bienvenue.

Chaque grossesse est une aventure qu’on traverse les yeux bandés et de toutes façons désorientée, quelle que soit la qualité des conseils prodigués par son entourage. Parce que chacune contient sa propre part d’inconnu, de moments d’énergie herculéenne et de gros coups de mous. Etre enceinte, c’est être la même mais sans limite, un peu comme si tous les thermostats s’emballaient. Et lorsqu’il faut concilier cet état de capitaine d’un bateau parfois ivre avec un travail, c’est un voyage qui ressemble plus à celui de Maud Fontenoy seule au milieu du Pacifique qu’à un épisode joyeux de la Croisière s’amuse.

Avec des patrons conciliants et d’autres affolés, ceux pour qui vous ne comptez désormais plus en entrant dans le camps des mères, et ceux, pudiques, embarrassés par cette manifestation explosive de féminité, qui vous évitent ou vous demandent en articulant si vous pouvez continuer à travailler comme « avant ». Sans oublier ceux qui prennent comme prétexte la grossesse d’une salariée pour la rétrograder l’air de rien et sous couvert de « la ménager ».

Et des femmes enceintes qui semblent afficher leur état comme une succession de chemins de croix et à l’inverse d’autres qui en font beaucoup pour (dé)montrer que cela ne change rien, « non, vraiment, sans mes talons de 12, je me sens trop moche ». Celles qui n’y sont déjà plus et semblent perdues dans leurs pensées en rose et bleu et puis celles qui regardent avec un peu d’inquiétude leur silhouette changer et le regard des collègues avec.

Et au milieu de tout, un travail à faire, des clients à contenter, des décisions à prendre pour la période de congé maternité, des projets à formuler pour le retour avec parfois des grands frères ou des grandes soeurs qui attendent et un futur père plus ou moins présent.

Miraculeusement, la plupart du temps, tout se passe bien. Parce que tout le monde y met du sien et que finalement, bien souvent, les femmes enceintes mettent toute leur bonne volonté à démontrer que « ça ne changera rien ». Mais tout se passerait encore mieux si la grossesse était enfin considérée comme une étape normale de la vie d’une entreprise. Qui réclame des aménagements de bon sens (pas de rendez-vous lointains ou aux heures de pointes, moins de station debout et de réunions sans fin après repas) et de la communication auprès des projets et des envies de la future mère. Pour que chacune puisse réfléchir sereinement à ce dont elle a envie, sans culpabilité : prendre un congé plus long ou au contraire revenir rapidement, lever le pied ou mettre les bouchées doubles. Parce qu’une salariée rassurée et sereine est une meilleure salariée tout simplement. Et que si la grossesse n’est pas une maladie, elle n’est pas un détail non plus.

 

(Véronique a 4 enfants de 16 à 3 ans et est aujourd’hui responsable éditoriale d’un site internet)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One thought on “G comme Grossesse”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *